1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise des réfugiés : "La crise des migrants est considérable et sans précédent", juge Valéry Giscard d'Estaing
1 min de lecture

Crise des réfugiés : "La crise des migrants est considérable et sans précédent", juge Valéry Giscard d'Estaing

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - L'ancien président de la République estime qu'il faut organiser l'accueil des réfugiés "de manière à ce qu'ils puissent, le moment venu, retourner chez eux".

Valéry Giscard d'Estaing, invité de RTL, le 3 novembre 2015
Valéry Giscard d'Estaing, invité de RTL, le 3 novembre 2015
Crédit : Romain BOE / Abaca press pour RTL
Les réfugiés syriens devraient "plutôt rester en Turquie", suggère Valéry Giscard d'Estaing
01:23
Syrie : la solution pour la paix est proche, selon Valéry Giscard d'Estaing
09:37
"Il y a deux guerres en Syrie", déclare Valéry Giscard d'Estaing
01:02
Syrie : la solution pour la paix est proche, selon Valéry Giscard d'Estaing
10:26
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Des violences sont recensées contre les réfugiés en Allemagne, l'Autriche envisage de construire un mur avec la Slovénie, le Président polonais parle de "protozoaires qui apportent de maladie en Europe"... Si l'Europe se divise sur la question des réfugiés, "elle ne va pas se disloquer", estime Valéry Giscard d'Estaing. "L'Europe traverse une période de crise forte, de désaccords assez profonds parce que le problème est considérable, immense, sans précédent", lance l'ancien président de la République au micro de RTL. 

Face à cette crise, la solution temporaire repose dans l'accueil des réfugiés, "ces gens qui sont chassés de chez eux, qui sont menacés de mort ou de persécutions". "Il faut les aider à vivre, et s'organiser de telle manière qu'ils puissent, le moment venu, retourner chez eux", détaille Valéry Giscard d'Estaing.

L'une des solutions ? La Turquie. "Ils devraient plutôt rester en Turquie, ce qui suppose un accord semble-t-il assez difficile mais nous avons des moyens de pression surtout que l'on peut financer entièrement l'action", explique l'ancien président. "Qu'ils restent en Turquie, ou le plus proche possible, et qu'ils puissent évidemment revenir chez eux", répète-t-il affirmant que la solution se trouve en Syrie où la situation est actuellement très difficile. Mais l'ancien pensionnaire de l'Élysée se veut confiant et affirme que la solution pour la paix est proche

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/