2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : pourquoi Macron réfléchit à prolonger le confinement au-delà de 2 semaines ?

ÉCLAIRAGE - Selon son entourage, Emmanuel Macron pourrait annoncer un confinement au-delà du 10 mai. En faisant le choix d'un confinement avec une échéance "assez lointaine", le président de la République veut "faire comprendre l'effort qui reste à faire".

Le président de la République Emmanuel Macron
Le président de la République Emmanuel Macron Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Être sur la ligne de crête entre une politique réaliste et la quête d'un espoir avec la perspective du déconfinement. C'est tout l'enjeu de la prise de parole d'Emmanuel Macron, ce lundi 13 avril. Pour la troisième fois depuis le début de la crise du coronavirus, le président de la République va s'exprimer lors d'une allocution télévisée, alors que le pic épidémique n'a pas encore touché l'Hexagone

A deux jours de la fin du confinement, initialement prévue pour le 15 avril, tous les regards se tournent donc vers le président de la République. Même si l'hypothèse du prolongement est évoquée depuis plusieurs semaines, reste encore à savoir de combien de temps.

Le chef de l'État va-t-il procéder par tranche de deux semaines, comme il l'a fait jusqu'à présent ou alors mise-t-il sur un confinement plus long ? 

Les jours fériés du mois de mai

Selon les informations du Journal du Dimanche, Emmanuel Macron pourrait annoncer un confinement "peut-être jusqu'à la fin mai, au moins jusqu'au 15", selon une source proche de l'Élysée. Officiellement, le palais présidentiel n'a pas souhaité commenter cette information, mais des proches du chef de l'État évoquent "une date de fin de confinement courant mai, au moins après le pont du 8-10 mai", comme le rapporte l'AFP

L'option a été évoquée vendredi dernier par Édouard Philippe lors d'une audioconférence avec le président de l'Assemblée, le président du Sénat et les chefs de groupe parlementaire. 

À lire aussi
Un agriculteur dans son champs (illustration) économie
Les agriculteurs français font face à une accumulation de fléaux

Selon Richard Ferrand, "le mois de mai, c'est une série de dates qui favorise les rassemblements. Comment imaginer qu'on maintienne les manifestations du 1er mai ? Puis les cérémonies du 8 mai, où les anciens se regroupent devant les monuments aux morts, explique-t-il. Et puis il y a l'Ascension, avec les RTT et les week-ends prolongés. Laisser faire cela serait irresponsable", comme le rapporte un des participants au Journal du Dimanche.

Esquisser l'avenir sans oublier le présent

Le défi est de désamorcer une défiance grandissante, à en croire les sondages, envers sa gestion de la crise. L'objectif d'Emmanuel Macron est donc de "bien faire comprendre à tout le monde que le plus dur est devant nous", explique un de ses proches dans Le JDD

Le choix d'un confinement avec une échéance "assez lointaine" permettra donc de "faire comprendre l'effort qui reste à faire, mais suffisamment proche pour esquisser la France d'après", souligne à son tour son entourage à l'AFP.

Le retour à la normale ne sera pas immédiat. Pas question par exemple de rouvrir aussitôt commerces et écoles, mais une réouverture des écoles seulement en septembre n'est pas décidée, selon des proches du président. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants