1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : Jean Castex a reçu sa première injection du vaccin AstraZeneca
1 min de lecture

Coronavirus : Jean Castex a reçu sa première injection du vaccin AstraZeneca

"Je n'ai rien senti alors que je suis un peu douillet", a commenté le Premier ministre, après s'être fait vacciner ce vendredi 19 mars à l'hôpital Bégin de Saint-Mandé, près de Paris.

Jean Castex reçoit sa première injection du vaccin AstraZeneca, le 19 mars 2021
Jean Castex reçoit sa première injection du vaccin AstraZeneca, le 19 mars 2021
Crédit : THOMAS COEX / POOL / AFP
Léa Stassinet & AFP

Le Premier ministre Jean Castex a reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca ce vendredi 19 mars à l'hôpital Bégin de Saint-Mandé, près de Paris, une injection destinée à rassurer les Français après la brève suspension du sérum anti-Covid.

"Je n'ai rien senti alors que je suis un peu douillet", a commenté le Premier ministre, 55 ans. Deux heures plus tôt, la Haute autorité de santé (HAS) avait donné son feu vert à la reprise "sans délai" de la vaccination avec AstraZeneca, tout en recommandant de le réserver aux personnes de 55 ans et plus.  


Deux heures plus tôt, la Haute autorité de santé (HAS) avait donné son feu vert à la reprise "sans délai" de la vaccination avec AstraZenecatout en recommandant de le réserver aux personnes de 55 ans et plus.

Comme une quinzaine d'autres pays, la France avait suspendu par précaution mardi l'utilisation du vaccin suédo-britannique, après le signalement d'effets secondaires graves tels que des troubles de la coagulation et la formation de caillots.

À lire aussi

Mais jeudi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a jugé "sûr et efficace" l'AstraZeneca dans un avis très attendu, sur fond de pénurie de vaccins en Europe.

Face au risque de défiance d'une partie de la population, Jean Castex avait annoncé dès mardi qu'il se ferait vacciner "très rapidement" si la suspension d'AstraZeneca était levée, qualifiant ce vaccin d'"utile", en dépit des inquiétudes sur de possibles effets secondaires.

"Jusqu'à présent, je m'étais fixé une ligne de conduite, c'est-à-dire me faire vacciner quand mon tour viendra, pas de passe-droit", avait déclaré mardi Jean Castex, âgé de 55 ans et qui ne déclare "pas de comorbidité connue".

"Mais je me suis dit effectivement qu'il serait judicieux que je me fasse vacciner très rapidement (...) pour montrer à mes concitoyens que la vaccination, c'est la porte de sortie de cette crise et qu'on peut y aller en toute sécurité", avait-il poursuivi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/