1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : "Je pense qu’il ne faut pas rouvrir les écoles lundi", estime Marine Le Pen
1 min de lecture

Coronavirus : "Je pense qu’il ne faut pas rouvrir les écoles lundi", estime Marine Le Pen

INVITÉE RTL - La candidate RN à l'élection présidentielle estime que la France se trouve encore sur un "plateau très haut" en terme de contaminations au coronavirus.

L'invité de RTL Soir du 20 avril 2021
L'invité de RTL Soir du 20 avril 2021
Crédit : RTL
Marine Le Pen invitée de RTL soir le 20 avril 2021
30:05
Marine Le Pen invitée de RTL soir le 20 avril 2021
30:05
Thomas Sotto & Marie-Pierre Haddad

"Nous amorçons une décroissance de l'épidémie" de coronavirus depuis cinq jours. Dans une interview au Télégramme, Olivier Véran est revenu sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. "On était monté à 40.000, on est aujourd'hui aux alentours de 33.000 cas chaque jour en moyenne", a-t-il illustré. Selon le ministre de la Santé, "la descente n'est pas encore suffisamment rapide" et la situation reste "fragile"

Invitée de RTL ce mardi 20 avril, Marine Le Pen estime que l'Hexagone se trouve encore sur "un plateau très haut". "Toutes les mesures qui ont été prises ces dernières semaines n'arrivent pas à faire baisser ce plateau", a indiqué la candidate RN à l'élection présidentielle. 

Les choix du gouvernement "sont irresponsables et très graves", ajoute-t-elle en évoquant la question de l'ouverture des frontières avec le Brésil. Les mesures de quarantaines qui doivent être mises en place dès samedi arrivent "trop tard", selon elle. 

Le problème, c'est que l'on a l'impression de ne pas être dirigé

Marine Le Pen, candidate RN à l'élection présidentielle de 2022

C'est pourquoi la présidente du Rassemblement national affirme "qu’il ne faut pas rouvrir les écoles lundi". "Le problème, c'est que l'on a l'impression de ne pas être dirigé, qu'ils ne savent pas ce qu'ils veulent faire et qu'ils jouent aux dés avec les mesures qu'ils vont prendre tous les matins. C'est assez inquiétant sur le fond", a-t-elle critiqué.

À lire aussi

La France compte 31.214 patients hospitalisés, dont presque 6.000 en soins intensifs. Le niveau est inférieur au pic de la première vague en avril 2020 (7.000), mais supérieur à celui de la deuxième.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/