2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : Édouard Philippe confie de "vraies difficultés" à se procurer des masques

Le Premier ministre a indiqué jeudi 2 avril que certaines commandes passées en Chine n'étaient finalement livrées. Certains élus pointent les pratiques des Américains.

Des masques FFP2 dans une usine (illustration)
Des masques FFP2 dans une usine (illustration) Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

C'est devenu, hélas, le produit le plus recherché au monde en pleine pandémie de coronavirus. En Chine, devenu un eldorado pour les pays cherchant à s'équiper en masse de masques de protection contre le Covid-19, la France a passé des volumes de commandes se chiffrant par dizaines de millions d'unités, mais Édouard Philippe a admis jeudi 2 avril de "vraie difficultés" à s'approvisionner. 

Le Premier ministre a indiqué que les problèmes tiennent "à la demande considérable qui vient vers la Chine des États-Unis, de l'ensemble de l'Europe, du monde entier en vérité, et à la capacité qu'a la Chine à conserver des masques pour elle, ce qui peut parfaitement s'entendre mais qui a un impact sur nous".

Si la France a la logistique nécessaire afin de mettre en place des ponts aériens, il y a des difficultés dans "la capacité parfois à accéder aux produits des commandes, qui ne sont pas toujours livrées pour des raisons assez variées", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Plusieurs commandes détournées par les Américains ?

Les déclarations d'Édouard Philippe viennent appuyer les dires de différents présidents de régions, qui ont passé des commandes en Chine mais ont assuré que des Américains avaient, sur le tarmac des aéroports, payé beaucoup plus cher afin de s'approprier les précieux masques. 

À lire aussi
Édouard Philippe le 28 avril 2020 devant les députés à l'Assemblée nationale coronavirus
Coronavirus : l'opposition fustige le projet gouvernemental de commission d'enquête

La présidente de la région parisienne de l'Ile-de-France Valérie Pécresse a indiqué jeudi avoir perdu un chargement de masques chinois au profit d'acheteurs américains qui avaient "surenchéri" pour l'obtenir, après des accusations similaires de ses homologues de la région Paca (sud-est) Renaud Muselier et du Grand Est Jean Rottner. Valérie Pécresse n'a pas précisé s'il s'agissait d'acheteurs travaillant pour des entités privées ou publiques.

"Les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois (plus cher) les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre", avait également déploré mercredi Jean Rottner.

Ces accusations, les États-Unis ont tenu à les démentir catégoriquement. "Le gouvernement des États-Unis n'a acheté aucun masque qui devait être livré par la Chine à la France", a indiqué à l'AFP un haut responsable de l'administration américaine. "Les informations affirmant le contraire sont complètement fausses", a ajouté ce responsable sous couvert d'anonymat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants