2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : chômage partiel, report des charges... Macron veut aider les entreprises

Lors de son allocution aux Français, jeudi 12 mars, le président de la République a annoncé l'élargissement du chômage partiel et le report des cotisations sociales. Des mesures pour venir en aide aux entreprises massivement touchées par l'épidémie de coronavirus.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : chômage partiel, report des charges... Macron veut aider les entreprises Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Camille Descroix

Lors de son allocution, le président de la République a annoncé qu'il mettrait en place des mesures exceptionnelles pour éviter des faillites d'entreprises. Certaines mesures sont déjà en place, comme le chômage partiel.
 
Quand l'activité s'effondre, le chef d'entreprise peut demander à bénéficier de ce dispositif pour éviter d'avoir à licencier ses salariés. Hier, 3.600 entreprises en avaient fait la demande, soit 60.000 salariés concernés mais les chiffres augmentent très rapidement : c'est déjà 10 fois plus qu'il y a une semaine.
 
Quand le chef d'entreprise n'a plus assez d'activité pour occuper ses salariés à plein temps, il bascule ainsi dans le chômage partiel. Cela veut dire que les salariés touchent au mieux 84% de leur salaire net. Il y a une exception pour les employés au SMIC qui touchent 100%.

Venir en aide aux entreprises

On comprend dans le discours d'Emmanuel Macron que l'idée est d'élargir ce dispositif qui coûte environ 3.000 euros par salarié. Cela évite de licencier puisqu'un bon nombre d'entreprises sont en bonne santé : elles sont juste frappées par ce phénomène exceptionnel de coronavirus.
 
Et les reports de charges ? Toujours dans le souci de sécuriser la trésorerie, le président veut faire une pause sur les échéances qui arrivent la semaine prochaine : charges sociales, impôt sur les sociétés, TVA... Un simple mail du dirigeant d'entreprise et ces règlements seront suspendus. Jusqu'à nouvel ordre.
 
La Banque Publique d'Investissement va aussi se porter caution sur 90% des prêts accordés aux entreprises pour que les banques ne coupent pas les financements et les crédits.

Des efforts "quoi qu'il en coûte"

Elles pourront continuer à emprunter et à investir. Cela veut dire que l'on va étaler les remboursements de prêts qui existent déjà. Payer uniquement les intérêts d'emprunt et pas le capital, voire rallonger la durée du prêt pour réduire les mensualités.
 
L'idée, c'est de savoir combien de temps ces mesures vont durer. Les entreprises aimeraient que certaines échéances soient carrément effacées et les traiteurs/hôteliers/restaurateurs aimeraient qu'on suspende le malus sur les CDD pour cette année puisqu'ils vont embaucher des extras pour rattraper les contrats des événements qui sont reportés de quelques mois.
 
En 2008, un vaste plan de relance avait coûté 34 milliards d'argent public pour maintenir l'économie à flot. Mais le président a dit, à 3 reprises : "Quoi qu'il en coûte".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Économie Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants