3 min de lecture Congé parental

Congé parental : la réforme n'a pas vraiment poussé les hommes à en prendre

ÉCLAIRAGE - Une étude de deux économistes montre que la réforme de 2015 du congé parental n'a pas réussi son objectif de pousser les pères à le prendre.

La réforme du congé parental n'a pas vraiment poussé les hommes à en prendre (illustration)
La réforme du congé parental n'a pas vraiment poussé les hommes à en prendre (illustration) Crédit : Picsea / Unsplash
Coline Daclin Journaliste

En 2015, les congés parentaux ont subi une importante réforme. Dans le cadre de la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, sa durée est modifiée. Pour un premier enfant, il est porté de six mois maximum à un an, à condition que les deux parents le prennent. À partir du deuxième enfant, un parent ne peut plus prendre que 24 mois au lieu de trois ans, seul le deuxième parent pouvant prendre les 12 mois restant.

À noter que le congé parental, renommé en 2015 "prestation partagée d'éducation de l'enfant" (Preparee), est différent du congé maternité et paternité de quelques semaines intervenant juste après la naissance de l'enfant.

L'objectif de cette réforme était double : pousser les hommes à prendre plus de congés parentaux, et permettre aux femmes de revenir plus vite sur le marché du travail, afin de limiter les inégalités. En effet, le congé parental était pris à 98% par des femmes. Mais pour Hélène Périvier, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) de Sciences Po, "seul un objectif sur deux est atteint".

Les femmes de retour plus tôt au travail

La chercheuse a publié mardi 6 avril avec son confrère Grégory Verdugo une évaluation de la réforme du congé parental, six ans après sa mise en place. En se basant sur des données du fichier des allocataires de la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) concernant des couples hétérosexuels, ils ont remarqué que les femmes étaient effectivement plus tôt revenues sur le marché du travail, mais que les hommes n'avaient pas vraiment pris plus de congés parentaux

À lire aussi
travail
Emploi : les métiers du numérique de plus en plus prisés pour retrouver du travail

"On voit le revenu des mères augmenter, et même en moyenne compenser la perte d'une année d'allocation", explique Hélène Périvier auprès de RTL.fr. Elles sont donc retournées plus tôt à leur carrière. Restent toutefois des différences entre les classes sociales, les femmes les plus précaires n'ayant pas forcément trouvé un emploi lors de leur retour sur le marché du travail. 

"C'est important, parce que cela participe sur le long terme à la réduction des inégalités professionnelles entre femmes et hommes", poursuit la chercheuse. Plus vite les femmes reviennent à l'emploi, moins elles perdent de salaire et plus elles peuvent en théorie gravir les échelons. 

Chez les hommes, le recours à l'allocation de congé parental "n'a presque pas augmenté", indique l'étude des deux économistes. Alors que l'objectif affiché de la réforme était de pousser 25 % des pères à prendre un congé parental, le taux de recours des pères à un congé à taux plein est passé de 0,5% à 0,8%

Des pères qui ne connaissent pas toujours leurs droits

Pour les parents travaillant à temps partiel, Hélène Périvier et Grégory Verdugo estiment que 70 % des pères, contre seulement 25 % des mères, renoncent à percevoir l'allocation de congé parental. Pourtant, ils peuvent toucher jusqu'à 256 euros par mois sans modifier leur activité, et sans réduire les droits de leur conjointe. 

Hélène Périvier formule plusieurs hypothèses pour expliquer cet écart. D'abord, "un biais genré dans l'information". Elle explique : "On peut penser que les pères ne cherchent pas forcément à savoir à quoi ils ont droit, parce qu'ils ne savent même pas que le congé est fait pour eux. Et puis parce que ce sont souvent les mères qui se posent en premier lieu la question de comment faire garder leur enfant." 

Autre hypothèse, celle d'une difficulté pour les hommes de prendre un congé parental par peur d'être stigmatisés au travail, d'être vus comme moins "virils" parce qu'ils choisissent de s'occuper de leurs enfants. "On observe que le taux de recours des indépendants au congé parental est plus élevé, ce qui pourrait appuyer cette thèse d'un effet social d'une certaine vision de la masculinité en entreprise", indique Hélène Périvier. 

L'économiste espère que l'allongement du congé paternité au 1er juillet 2021 permettra de faire évoluer les mentalités et de pousser plus d'hommes à se diriger ensuite vers un congé parental. Car elle en est certaine : "même si ce n'est pas une condition suffisante, il ne peut pas exister d'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes tant qu'il n'y aura pas d'égalité dans la famille." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Congé parental Parents Enfants
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants