1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Clémenceau, un "remède contre le Covid", raconté par Nathalie Saint-Cricq sur RTL
1 min de lecture

Clémenceau, un "remède contre le Covid", raconté par Nathalie Saint-Cricq sur RTL

INVITÉE RTL - Dans son roman "Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir", Nathalie Saint-Cricq revient sur le lien très particulier qui unissait Georges Clémenceau à Marguerite Baldensperger.

Nathalie Saint-Cricq, invitée dans RTL Soir le 8 mars 2021
Nathalie Saint-Cricq, invitée dans RTL Soir le 8 mars 2021
Crédit : RTL
Clémenceau, un "remède contre le Covid", raconté par Nathalie Saint-Cricq sur RTL
09:34
Clémenceau, un "remède contre le Covid", raconté par Nathalie Saint-Cricq sur RTL
09:34
Thomas Sotto - édité par Marie Gingault

"Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir", c'est le pacte quasi-amoureux passé entre Georges Clémenceau sur la fin de sa vie et Marguerite Baldensperger de 42 ans sa cadette. Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir c'est aussi le titre du premier roman publié par Nathalie Saint-Cricq aux éditions de L'observatoire. 

Lui était ancien ministre de l'Intérieur, surnommé le Tigre, il se surnommait lui-même "premier flic de France", elle était éditrice, mariée, mère de famille qui ne se remettait pas du suicide d'une de ses filles. Alors qu'elle va à la rencontre de Clémenceau pour lui proposer d'écrire un livre, un lien particulier va commencer à se créer entre eux. Une relation forte, intense, que décrypte Nathalie Saint-Cricq dans son roman. 

Au total, "670 lettres vont être envoyées pendant des années plus beaucoup de visites", raconte la journaliste qui explique que "tous les extraits que je prends sont tout à fait les vraies lettres, ce qu'on ne sait pas c'est ce qu'elle lui a répondu (...) parce qu'elle lui a demandé de brûler les lettres", indique Nathalie Saint-Cricq, qui précise que le mari "tolérait très bien que son épouse aille en Vendée passer quelques jours, même avec les enfants, et même les parents de Marguerite voyaient Clémenceau donc c'est une espèce d'étrange famille", raconte-t-elle. 

"La seule chose que je n'ai non pas inventé, mais reconstitué c'est le journal intime (de Marguerite, ndlr). Evidemment elle n'en a pas laissé, mais tout ce qui est écrit dedans est historiquement vrai, après la façon dont elle lui répond, dont ils se parlent il y a probablement des choses qui sont de ma vision personnelle et puis probablement un peu plus moderne qu'elle ne l'était (...) j'ai essayé de me mettre dans sa peau", confie Nathalie Saint-Cricq. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/