3 min de lecture Christian ESTROSI

Christian Estrosi mène une politique de la terre brûlée, 2017 en ligne de mire

DÉCRYPTAGE - Le député-maire de Nice attaque de front l'UMP, Jean-François Copé, François Fillon voire Nicolas Sarkozy. Il reste pourtant candidat à la primaire de 2016.

Christian Estrosi lors d'un meeting pour les municipales à Nice en mars 2014 (image d'illustration).
Christian Estrosi lors d'un meeting pour les municipales à Nice en mars 2014 (image d'illustration). Crédit : VALERY HACHE / AFP
Fanny Bonjean
Fanny Bonjean
Journaliste RTL

Depuis quelques semaines, Christian Estrosi multiplie les interviews et ne mâche pas ses mots sur son parti et ses figures fortes.

L'UMP est "un parti qui est déjà mort", a-t-il déclaré ce lundi 7 juillet dans les colonnes du Parisien. Le député-maire de Nice critique un parti de "petits apparatchiks", "bourgeois, élitiste" et "arrogant", "qui distribue les investitures" et "où il y a des disputes plutôt que des propositions". 

Des propos durs pour quelqu'un qui en est membre. Mais Christian Estrosi l'affirme : il aurait quitté le parti s'il avait trouvé mieux. "Malheureusement, quand je vois l'offre politique, je suis obligé d'adhérer à l'UMP parce que c'est le parti dont je me sens le moins éloigné", explique-t-il.

Se rapprocher des militants et élus locaux

Derrière ces critiques, l'ambition de l'élu est bien présente. Au-delà de la présidence du parti, c'est la présidence de la République qu'il vise. C'est pourquoi il a déjà annoncé être candidat à la primaire UMP de 2016. Alors pourquoi attaquer un parti dont il espère qu'il l'élira à la tête du pays ? Christian Estrosi profite du déficit de légitimité que rencontre l'UMP à l'heure actuelle pour pouvoir se placer.

À lire aussi
Christian Estrosi et Éric Ciotti Les Républicains
Municipales à Nice : vers un duel Eric Ciotti-Christian Estrosi ?

L'affaire Bygmalion et les dossiers judiciaires de Nicolas Sarkozy ont porté à mal le Bureau national du parti. Des élus mettent en garde contre un écœurement des militants. Et Christian Estrosi en fait partie.

"Les élus locaux, ceux-là mêmes qui ont offert d'extraordinaires victoires lors des dernières municipales, sont peu représentés. Or, aujourd'hui, c'est grâce à eux que nous avons encore autant de militants", a-t-il affirmé au Parisien

Le député-maire construit ainsi son discours en opposition avec les instances nationales pour jouer plus fortement le rapprochement avec la droite de terrain. Il se positionne comme celui qui veut faire "une révolution" au sein du parti pour le rapprocher du peuple.

Décrédibiliser Copé, Fillon et Sarkozy

Et à défaut d'avoir ses concurrents à la primaire déclarés, il n'hésite pas à commencer par attaquer les plus grosses figures de l'UMP. Jean-François Copé tout d'abord, dont il dit clairement avoir "des doutes sur la manière dont [il] a administré l'UMP". François Fillon ensuite, qu'il accuse d'avoir oublié ses promesses et s'être éloigné du gaullisme.

Christian Estrosi prend même ses distances avec Nicolas Sarkozy. Après avoir affirmé qu'il retirerait sa candidature à la primaire si ce dernier se présentait, il nuance aujourd'hui son propos. "S'il se retrouve à 100% sur ces positions, je me retirerai. Mais je n'ai pas le sentiment, lorsque j'entends quelques-uns de ses commentaires, qu'il soit déterminé à laisser de côté le mode de gouvernance qui était le sien", a-t-il déclaré dans les colonnes de Nice Matin le samedi 28 juin.

Et s'il défend Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion, affirmant qu'il n'a pas de "responsabilité directe", il estime que l'ancien président a eu tort de faire confiance à Jean-François Copé.

Cette politique de la terre brûlée portera-t-elle ses fruits ? La route est longue d'ici la primaire de 2016 et une nouvelle gouvernance de l'UMP, si elle parvient à rétablir la crédibilité du parti, pourrait porter un coup à la stratégie de conquête de Christian Estrosi. D'autant qu'il n'est pas le seul à jouer sur ce terrain. Valérie Pécresse a, elle aussi, appelé à "nettoyer" le parti.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christian ESTROSI Primaire Les Républicains UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7773105979
Christian Estrosi mène une politique de la terre brûlée, 2017 en ligne de mire
Christian Estrosi mène une politique de la terre brûlée, 2017 en ligne de mire
DÉCRYPTAGE - Le député-maire de Nice attaque de front l'UMP, Jean-François Copé, François Fillon voire Nicolas Sarkozy. Il reste pourtant candidat à la primaire de 2016.
https://www.rtl.fr/actu/politique/christian-estrosi-mene-une-politique-de-la-terre-brulee-2017-en-ligne-de-mire-7773105979
2014-07-08 13:27:14
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4FANNyU4pwhnJODq6VPskA/330v220-2/online/image/2014/0704/7773050695_christian-estrosi-lors-d-un-meeting-pour-les-municipales-a-nice-en-mars-2014-image-d-illustration.jpg