1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Chambre 2806 : L'Affaire DSK" : pourquoi Nicolas Sarkozy y est-il évoqué ?
3 min de lecture

"Chambre 2806 : L'Affaire DSK" : pourquoi Nicolas Sarkozy y est-il évoqué ?

ÉCLAIRAGE - Dans la série documentaire de Netflix consacrée à l'affaire du Sofitel, le nom de Nicolas Sarkozy est évoqué à plusieurs reprises.

Dominique Strauss-Kahn sortant d'un commissariat de police le 15 mai 2011 à New-York
Dominique Strauss-Kahn sortant d'un commissariat de police le 15 mai 2011 à New-York
Crédit : JEWEL SAMAD / AFP
Marie-Pierre Haddad

Quatre épisodes pour tenter de percer le mystère de la chambre 2806. Netflix consacre une mini-série documentaire à l'affaire du Sofitel qui précipita la chute de Dominique Strauss-Kahn, accusé de viols. 

Dans Chambre 2806 : L'Affaire DSKmis en ligne ce lundi 7 décembre sur la plateforme, plusieurs proches de l'ancien patron du FMI, témoignent comme Élisabeth Guigou (ancienne Garde des Sceaux dans le gouvernement Jospin de 1997 à 2000, ndlr) et Jack Lang (ancien ministre de l'Education nationale dans le gouvernement Jospin de 2000 à 2002, ndlr). Le réalisateur de ce documentaire Jalil Lespert donne aussi la parole à Nafissatou Diallo et Tristane Banon. 

L'ancien ministre socialiste a déjà mis en place sa contre-offensive en annonçant sa participation à un documentaire où il livrera sa "version des faits". Les accusations de viols contre Dominique Strauss-Kahn ont été abandonnées au pénal en août 2011. Mais l'affaire s'est poursuivie au civil jusqu'en décembre 2012 et s'est conclue par un accord financier. 

Un adversaire pour la présidentielle de 2012

Le documentaire produit par Netflix retrace ainsi tous les aspects judiciaires de cette affaire, mais évoque aussi la piste Sarkozy. Dominique Strauss-Kahn et Nicolas Sarkozy se connaissent depuis plusieurs années et se sont affrontés à de multiples reprises lors de débats télévisés. L'un socialiste est considéré comme un sérieux candidat à l'Élysée pour la présidentielle de 2012, l'autre issu de l'UMP cherche à se représenter pour un second mandat.

À lire aussi

Dans Chambre 2806 : L'Affaire DSK, Alain Hamon, journaliste spécialisé en police-justice, estime qu'"à l'époque, Dominique Strauss-Kahn est suivi par la Direction centrale du renseignement intérieur (DGSI). C'est le FBI à la française voulu par Nicolas Sarkozy (...) On a compris que DSK serait candidat à la présidence de la République, donc c'est potentiellement un adversaire pour certains. Il se trouve que le 'certain' est Nicolas Sarkozy. Il a tous les outils pour pouvoir contrôler ce que son principal adversaire fait. Nicolas Sarkozy voulait tout savoir de tous les dossiers. Les informations les plus sensibles remontaient forcément jusqu'à lui". 

Un "échange assez vif" entre Sarkozy et DSK ?

Le réalisateur de Chambre 2806 : L'Affaire DSK Jalil Lespert fait aussi témoigner des amis de l'ancien patron du FMI, dont Laurent Azoulai, ancien trésorier du Parti socialiste. Ce dernier raconte que "lors d'une conférence internationale, il y a un échange assez vif entre Dominique Strauss-Kahn et Nicolas Sarkozy. Dominique Strauss-Kahn dit en direct à Sarkozy : 'Je sais que tes gars cherchent à monter un dossier contre moi. Il vaut mieux pour toi que tu arrêtes, parce que sinon ça ira loin'". 

Et d'ajouter : "Dominique nous rassemble une semaine avant l'affaire du Sofitel et nous dit : 'Je sais que je suis écouté, que mes mails sont lus, que mon téléphone est écouté. Je sais qu'on cherche à me griller'. Il a la conviction intime que dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, certains montent des dossiers contre lui et qu'un jour où l'autre ça risque de réapparaître". 

Une théorie infondée selon Raphaëlle Bacqué

Dans le documentaire, Raphaëlle Bacqué, grand reporter au Mondene croit pas à un complot piloté par Nicolas Sarkozy. "Ils se connaissent bien. Nicolas Sarkozy n'a pas d'illusions sur ce qu'est Dominique Strauss-Kahn. Il connait aussi sa vie cachée", explique-t-elle.

Autrice du livre Les Strauss-Kahn sorti en 2012 avec Ariane Chemin, ce grand reporter au Monde explique que "Nicolas Sarkozy sait qu'en 2006, la police a arrêté deux voitures au Bois de Boulogne (...) Les policiers ont reconnu Dominique Strauss-Kahn. Nicolas Sarkozy le sait. Pour lui, c'est une évidence Dominique Strauss-Kahn ne pourra jamais aller jusqu'au bout, à cause justement de ses affaires avec les femmes".

Lors d'un entretien sur Franceinter en 2012, Raphaëlle Bacqué explique que Nicolas Sarkozy "sait qu'à chaque fois qu'une femme est en jeu, Dominique Strauss-Kahn peut tout oublier. Comme ministre de l'Intérieur, il a des renseignements précis sur les comportements de Dominique Strauss-Kahn (...) A vrai dire, il va le protéger. Alors qu'il le nomme au FMI, il demande que ces notes ne soient pas rendues publiques et que ces révélations ne soient pas faites. Il va le couvrir très longtemps, mais avec la certitude que Dominique Strauss-Kahn ne sera pas un rival pour la présidentielle"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/