2 min de lecture Front national

Ce que reproche Marine Le Pen à la Société générale et HSBC

ÉCLAIRAGE - Depuis Nanterre, la présidente du FN a rendu public un courrier de la Société générale, qui lui indique la clôture des comptes du parti.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Ce que reproche Marine Le Pen à la Société générale et HSBC Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date :
La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire et Ludovic Galtier

Au cours d'une conférence de presse organisée à Nanterre mercredi 22 novembre, Marine Le Pen et le Front national ont estimé être visés par "une fatwa bancaire" après la clôture de leurs comptes. "Nous assistons à un nouvel échelon dans la persécution du Front national. Le bannissement bancaire", lâche-t-elle. La dirigeante politique et le parti ont annoncé qu'ils déposeront plainte pour "discrimination" respectivement contre la Société générale et HSBC, appelant les cadres, les élus, les adhérents et les électeurs du Front national "à en tirer toutes les conséquences".
 
Pour Marine Le Pen, ce seraient des raisons politiques qui auraient conduit la Société générale, pour le FN, et HSBC, pour ce qui est de son cas personnel, à fermer ces comptes, ainsi que ceux d'une quinzaine de fédérations. "Les oligarchies financières sont tentées de porter atteinte à la liberté de parole. Nous sommes en présence d'une tentative d'étouffement d'un mouvement d'opposition", scande-t-elle.

"Nous sommes donc aujourd'hui privés de nos recettes. Cette situation met le Front national face à une difficulté absolument majeure et empêche le fonctionnement normal du parti", a insisté Mme Le Pen, pour qui la banque cherche "à susciter les conditions de sa ruine et donc à terme, volonté à peine cachée, sa disparition". Ce dont se défend le groupe Société générale. Les "décisions en matière d'ouverture et fermeture de compte sont de nature exclusivement bancaire dans le respect des exigences réglementaires, et donc sans aucune considération politique".

Du flou autour de l'origine des fonds ?

Légalement, les banques ont le droit de fermer un compte en cas de flou autour de l'origine des fonds, mais cela ne peut pas être le cas, en l’occurrence selon Marine Le Pen. "Il existe un certain nombre de réglementations qui imposent à des banques lorsqu'elles ont un doute d'effectuer des vérifications. Toutes ces vérifications ont toujours été faites, et personne ne nous a jamais saisi d'aucune inquiétude."

Sur son compte personnel, Marine Le Pen ironise. "C'est la partie qui m'a fait le plus sourire." Les fonds proviennent, selon elle, des allocations familiales et du Conseil régional des Hauts-de-France, dont elle est conseillère. Ce qui serait facile à vérifier. À ce stade, le Front national a un nouveau compte, ouvert à la demande de la Banque de France au Crédit du Nord, mais on lui refuse l'usage des chèques ainsi que les virements venant de ses élus et de ses adhérents.

À lire aussi
France
Présidentielle 2022 : Gabriel Attal "rêve" d'un second tour sans Marine Le Pen

Marine Le Pen en appelle aux électeurs du Front national avec le #JeQuitteLaSG, mais aussi et surtout au président de la République, Emmanuel Macron, qu'elle a rencontrée hier pour trouver une solution. Le chef de l'État a promis d'examiner le dossier. "Il est normal que le Front national puisse disposer d'un compte bancaire", dit Christophe Castaner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Banques Société Générale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants