1 min de lecture Bernard Cazeneuve

Cazeneuve "regrette" d'avoir utilisé le mot "sauvageons" quand il était ministre de l'Intérieur

INVITÉ RTL - En pleine polémique sur l'utilisation du mot "ensauvagement" par Gérald Darmanin, Bernard Cazeneuve critique une "politique dirigée vers des objectifs de communication".

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Bernard Cazeneuve sur RTL : "J'étais Charlie en 2015, je le suis aujourd'hui" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Marie-Pierre Haddad

Premières tensions au sein du gouvernement Castex ? En dénonçant "l'ensauvagement de la société", Gérald Darmanin a déclenché des crispations chez son collègue de la Justice.  Éric Dupond-Moretti a récusé les mots utilisés par le ministre de l'Intérieur et la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa. 

"L'ensauvagement, c'est un mot qui (...) développe le sentiment d'insécurité", a-t-il estimé. Or "pire que l'insécurité, il y a le sentiment d'insécurité" qui est "de l'ordre du fantasme" et est nourri par "les difficultés économiques" et "certains médias". Réponse de son collègue de la place Beauvau : "On peut utiliser des mots différents. Personnellement, j'utilise le mot d'ensauvagement et je le réitère".

Face à cette polémique, l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve met en garde contre "la tentation des ministres de l'Intérieur à toujours utiliser des concepts qui ont vocation à parler aux Français". Et d'ajouter : "Je pense qu'il vaut mieux convoquer les valeurs et les faits".

Des "objectifs de communication"

En octobre 2016, Bernard Cazeneuve avait qualifié sur RTL, les auteurs d'une attaque de policiers à Viry-Châtillon de "sauvageons". "Un terme qui a rappelé celui employé par Jean-Pierre Chevènement en 1999, pour désigner des mineurs multirécidivistes, coupables de délinquance classique", rappelle BFMTV. À cette époque, "le ministre de l'Intérieur avait été critiqué et accusé d'exclure les 'jeunes en difficulté' en utilisant cette expression", indique le site.

À lire aussi
Bernard Cazeneuve, lors de la passation de pouvoir avec Édouard Philippe à Matignon, le 15 mai 2017 justice
Procès des attentats de janvier 2015 : pourquoi Cazeneuve ne sera pas entendu

Quatre ans plus tard, l'ancien ministre "regrette" d'avoir employé ce terme. "Après avoir utilisé ce mot, quand j'ai vu qu'il suscitait des débats que je n'aurais pas souhaité voir prévaloir, j'ai regretté de l'avoir utilisé", a-t-il confié. "Plutôt que d'utiliser des concepts pour frapper les esprits, dans une période où la politique toute entière est dirigée vers des objectifs de communication, il vaut mieux donner du sens, en convoquant des valeurs", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernard Cazeneuve Société Vidéo
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants