1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Carnaval de Marseille : "C'est devenu un cluster politique", estime Martine Vassal

Carnaval de Marseille : "C'est devenu un cluster politique", estime Martine Vassal

INVITÉE RTL - Martine Vassal, présidente LR du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, réagit au carnaval de Marseille qui a eu lieu illégalement dimanche 21 mars.

Des milliers de personnes profitent d’un carnaval improvisé et non autorisé rue Canebiere, à Marseille, dans le sud de la France, le 21 mars 2021.
Des milliers de personnes profitent d’un carnaval improvisé et non autorisé rue Canebiere, à Marseille, dans le sud de la France, le 21 mars 2021.
Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Carnaval de Marseille : "C'est devenu un cluster politique", estime Martine Vassal
04:03
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Martine Vassal, la présidente LR du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, réagit à la suite du carnaval qui s'est déroulé illégalement à Marseille dimanche 21 mars. Est-ce le symbole d'un ras-le-bol ou d'une provocation ?

Selon Martine Vassal, le carnaval sauvage organisé à Marseille est une provocation : "Il y a eu énormément de casse : de jeux d'enfants, de panneaux publicitaires, de poubelles enterrées, de bornes. Des feux qui ont même eu lieu au-delà du périmètre habituel". C'est un carnaval qui se tient chaque année sur un quartier assez réduit sur lequel il y a toujours un peu de débordements. "Mais là cette fois-ci ce n'est plus un carnaval, c'est une manifestation politique et c'est surtout devenu un cluster politique", estime la présidente LR du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

"La gauche marseillaise avait soutenue ces actions"

Pour Martine Vassal c'est un rassemblement qui a été organisé par des politiques parce "qu'il y a des effigies qui ont été brulées, parce qu'il y a des tags injurieux qui sont sur les différents murs et puis il y a également des manifestations qui ont commencé dès le vendredi. Dès le vendredi, des personnes ont détérioré des panneaux publicitaires qui étaient axés sur la publicité et sur la sécurité (...) sur le soutien aux forces de l'ordre" avant d'ajouter que "ce qui m'avait surprise c'est que la gauche marseillaise avait soutenu ces actions".

Selon la présidente LR, "on se retrouve avec des militants d'extrême gauche qui font des manifestations politiques." L'élue compte porter plainte contre des militants d'extrême gauche et "contre les personnes qui ont été arrêtées". Aujourd'hui, des personnes sont en garde à vue et Martine Vassal espère "que des poursuites judiciaires seront engagées. C'est inacceptable de brûler des biens publics sous prétexte de manifestations politiques".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/