1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marseille : "C'est peut-être la grande ville la moins bien dotée", assure Benoît Payan
2 min de lecture

Marseille : "C'est peut-être la grande ville la moins bien dotée", assure Benoît Payan

INVITÉ RTL - Le maire de Marseille doit déjeuner avec Emmanuel Macron mercredi 10 mars afin de trouver des solutions de financement pour une ville exsangue.

Benoît Payan, maire (PS) de Marseille, doit négocier des financements pour Marseille avec Emmanuel Macron
Benoît Payan, maire (PS) de Marseille, doit négocier des financements pour Marseille avec Emmanuel Macron
Crédit : Capture d'écran RTL
Marseille : "C'est peut-être la grande ville la moins bien dotée", assure Benoît Payan
11:35
Benoît Payan était l'invité de RTL du 10 mars 2021
11:35
Alba Ventura & Ryad Ouslimani

Plombée par 1,5 milliard d'euros de dettes, la ville de Marseille est financièrement à l'agonie avec près de 200 millions à rembourser chaque année. Pour tenter de trouver des solutions, en collaboration avec l'État, le maire Benoît Payan doit déjeuner ce mercredi 10 mars avec Emmanuel Macron. "On va parler de la place de la ville dans le pays, une place qu'elle n'aurait pas dû perdre", explique sur RTL le maire phocéen. 

S'il assure que les Marseillais ne veulent pas demander l'aumône, il alerte sur la situation financière de la ville, qui "est dans le rouge". "C'est une ville qui a été mal gérée, pas gérée. On se retrouve dans une situation catastrophique", pointe-t-il dans une attaque à peine voilée à la gestion des années Gaudin

Comme première priorité, Benoît Payan cible les écoles. "Quand il pleut, il pleut dans les écoles à Marseille (...) Personne ne s'est occupé des petites Marseillaises et des petits Marseillais", relève l'élu de gauche. 

Un milliard pour les écoles

"J'ai des rats dans certaines infirmeries", illustre-t-il. Pour remettre en ordre ces défaillances, il estime qu'il "faut mettre sur l'école un milliard d'euros sur la table". L'État va, dans ce cadre, avoir un rôle à jouer. "On a besoin de la force de l'État (...) Les Marseillais ont besoin, comme les autres, de la solidarité nationale", demande Benoît Payan, en soulignant que cette aide réclamée ne serait pas un exception marseillaise. "C'est peut-être la grande ville de France la moins bien dotée", assure-t-il. 

À lire aussi

Pour illustrer son propos, Benoît Payan donne l'exemple des Marins Pompiers de Marseille, qui assurent la sécurité civile et ont statut particulier. "L'État donne 3 euros aux pompiers de Paris, 1 euro aux pompiers de Marseille", explique l'édile. Et si un financement est demandé à l'État, il assure que chaque centime ira dans des projets concrets et utiles. "On est prêts à dire à l'État : 'On va faire la transparence, venez voir ce qu'il se passe'", propose-t-il. Parmi les projets visés, la lutte contre les logements insalubres. Un habitant sur dix serait touché par le problème. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/