6 min de lecture Gouvernement

Aides aux entreprises : Le Maire "souhaite identifier une économie d'1 milliard d’euros"

LE GRAND JURY - Le ministre de l'Économie a annonce vouloir "identifier" un milliard d'euros d'économies sur les aides apportées aux entreprises, qui s'élèvent à 70-75 milliards actuellement.

245x300_Sportouch Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Bruno Le Maire Crédit Image : RTL /FREDERIC BUKAJLO / SIPA PRESS | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et Clarisse Martin

Bruno Le Maire a annoncé vouloir "identifier" un milliard d'euros d'économies sur les aides apportées aux entreprises, qui s'élèvent à 70-75 milliards actuellement, dimanche lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI dimanche 24 juin. "Celles qui sont efficaces et créent de l'emploi et de l'activité seront maintenues, celles qui ne peuvent pas apporter la preuve de création d'emplois ou d'activité, elles n'ont pas vocation à durer", a estimé le ministre de l'Économie.

"Je souhaite que d'ici fin septembre, nous ayons identifié, avec les économistes, les entrepreneurs et les parlementaires, un milliard d'euros d'économies sur les aides apportées aux entreprises", qui totalisent "70-75 milliards", a-t-il précisé. 

Le ministre a assuré que sa "main ne tremble pas. Nous allons faire un milliard d'euros d'économies sur les aides à l'entreprise" et sur son ministère, "nous ferons des réductions d'emplois pour participer à la réduction des emplois publics".

À lire aussi
Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume agriculture
Sécheresse : "Pas de mesures ponctuelles pour les agriculteurs", déclare Didier Guillaume

"Nous maintenons notre prévision de croissance", a également déclaré Bruno Le Maire qui anticipe une croissance de 1,8% en France cette année, inférieure aux prévisions transmises fin avril à la Commission européenne, estimant que l'activité restait "solide" malgré le ralentissement en cours. 

Interrogé sur les chiffres publiés mardi par l'Insee, "on ne va pas ajuster la croissance tous les trois mois en fonction des événements", a-t-il déclaré sur France Info. Selon l'institut national de la statistique, la hausse du produit intérieur brut (PIB) devrait nettement ralentir cette année, pour atteindre 1,7% fin 2018, loin derrière les 2,3% enregistrés en décembre pour 2017

Nous ne prévoyons pas avec Gérald Darmanin d'économies supplémentaires

Bruno Le Maire
Partager la citation

"Nous ne sommes pas loin de la prévision de l'Insee. La croissance française reste solide et je suis confiant là-dessus", a-t-il poursuivi, estimant qu'il n'y avait pas de "retournement de cycle". Le ralentissement économique, particulièrement marqué au premier trimestre (0,2% de croissance après +0,7% au trimestre précédent), pourrait compliquer les objectifs budgétaires du gouvernement en faisant chuter les recettes fiscales, fortement dépendantes du niveau d'activité.

"Nous ne prévoyons pas avec Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics, ndlr) d'économies supplémentaires, a toutefois assuré Bruno Le Maire. Il y a une trajectoire budgétaire, il faut seulement la tenir". Dans son programme de stabilité budgétaire, le gouvernement a prévu un déficit public de 2,3% du PIB cette année. Un objectif jugé désormais optimiste par la Banque de France, qui anticipe de son côté un déficit à 2,5%

Revivez "Le Grand Jury" de Bruno Le Maire

12h58 - "J'ai rarement été aussi heureux dans ma vie politique", confie le ministre. Pour qualifier ses relations avec Emmanuel Macron, Bruno Le Maire juge qu'elles sont "simples, directes, si vous voulez employer un terme météorologique, le beau fixe me va très bien".

12h57 - Bruno Le Maire confirme qu'il souhaite la gratuité des péages autoroutiers, même si cela ne figure pas dans la loi Pacte.

12h56 - L'adolescent qui a appelé Emmanuel Macron "Manu" lors des commémorations au Mont-Valérien. Le président est-il allé trop loin ? "Comme j'ai beaucoup de temps libre, j'ai pu regarder l'intégralité de la séquence, j'ai vu le président de la République qui s'adressait à un jeune, et ça me paraît légitime. On voit un président de la République qui parle à un jeune et qui lui dit des choses de bon sens".

12h52 - Dans la loi Pacte figure la reprise des privatisations, notamment Aéroport de Paris (ADP). "Il y a aucun arrangement je vous rassure, en revanche il y a une volonté très ferme de protéger les intérêts des Français", justifie Bruno Le Maire. Les Français "récupéreront la propriété du foncier (d'Air France) d'ici 70 ans", poursuit le ministre.

12h51 - "J'aime Air France", déclare Bruno Le Maire, qui ne se prononce pas non plus en faveur d'un candidat à la direction de l'entreprise.

12h48 - Un candidat de prédilection à la tête du Medef, pour succéder à Pierre Gattaz ? "Si j'en avais un, ce serait choquant", répond Bruno Le Maire.

12h45 - L'économiste Jean Tirole, prix Nobel, a déclaré dans un interview au JDD être favorable à l'imposition de malus aux entreprises abusant des contrats professionnels  ou des CDD. Une mesure à laquelle Bruno Le Maire est également favorable. Faut-il aller jusqu'à la suppression du CDD ? "Toutes les propositions nouvelles, surtout quand elles viennent d'une personnalité comme Jean Tirole, méritent d'être étudiées. On ne doit pas abuser des contrats courts."

12h45 - "La faille de notre politique sociale elle est là : l'incapacité à retrouver un emploi."

12h43 - "Ma main ne tremble pas", assure Bruno Le Maire.

12h36 - Il y a quelques mois au Grand Jury, Bruno Le Maire avait marqué son opposition à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous les couples de femmes. "On ne change pas de convictions en quelques mois", répond Bruno Le Maire, qui estime néanmoins qu'il faut "prendre une décision juste et acceptable pour tous les Français. Moi je suis ouvert au débat", réagit le ministre. L'ouverture de la PMA à toutes les femmes est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

12h40 - Les allocations familiales, après l'APL, vont-elles diminuer ? "On gèle les APL mais de l'autre côté on gèle les loyers, cela me paraît plus efficace." "Je suis attaché à la politique familiale française, je pense qu'elle est importante. Je ne suis pas sûr que ce soit la politique qu'il faille toucher en premier, dans un moment où la démographie française fléchit", estime Bruno Le Maire.

12h39 - Pension de réversion : "Lorsque j'ai préparé cette réforme d'épargne-retraite, il n'était pas encore question que ce sujet soit dans la question", détaille le ministre. "On ne reviendra pas sur les pensions de réversion en cours", poursuit-il.

12h31 - Le 1er juillet, la vitesse sur les routes secondaires sera limitée à 80 km/h. "Je crois qu'on sait assez bien où la vitesse est dangereuse. Ces départementales, très souvent en ligne droite, où parfois on pousse un peu sur le champignon. Cette mesure je la soutiens. Elle est difficile à faire passer, à faire comprendre. Mais aller à 80 km/h sur ces routes accidentogènes, c'est sauver des vies", défend le ministre.

12h27 - La construction d'une piscine à Brégançon devrait-elle être financée sur les fonds propres d'Emmanuel Macron, au moment où l'on demande des efforts financiers aux Français ? "Cela coûtera moins cher au contribuable", répond Bruno Le Maire.

12h26 - "Pognon de dingue", la petite phrase d'Emmanuel Macron sur les aides sociales choque-t-elle Bruno Le Maire ? "L'efficacité elle se mesure à une chose : la capacité à reprendre un emploi et retrouver sa place en société, et c'est sans doute-là dessus que nous péchons. (...) On peut faire sans doute beaucoup mieux", élude le ministre.

12h25 - "Je souhaite que d'ici la fin du mois de septembre, nous ayons identifié avec les économistes, les entrepreneurs et les parlementaires un milliard d'euros d'économies", table Bruno Le Maire.

12h19 - "Je m'engage à ce que nous prenions toutes les mesures nécessaires pour que le pouvoir d'achat augmente en France", martèle le ministre. "L'opposition est en pleine perdition" dans ses propositions en ce sens, tacle-t-il. "Ce que je constate c'est qu'aujourd'hui, Les Républicains, qui sont en pleine perdition idéologique, proposent l'augmentation du SMIC que même la gauche ne propose plus", tranche Bruno Le Maire à l'égard de son ancienne famille politique.

12h16 - Sur le pouvoir d'achat en France : "Nous voulons que le travail paye. Pour que le travail paye, nous allons supprimer des cotisations sociales", défend le ministre. "À la fin de l'année, vous aurez le dégrèvement de taxe d'habitation qui va permettre de rendre de l'argent aux Français", poursuit-il. 

12h12 - "Il faut distinguer les migrants économiques de ceux qui relèvent du droit d'asile", juge Bruno Le Maire.

12h06 - "J'estime qu'il (Emmanuel Macron) a pris la bonne décision à propos de l'Aquarius", appuie le locataire de Bercy.

12h03 - "L'Europe a abandonné l'Italie de 2014 à 2017" dans la gestion de la crise migratoire, estime le ministre de l'Économie. "Il n'y a pas de projet politique européen sans frontières", rajoute Bruno Le Maire, qui s'en prend aux "États en Europe qui n'ont accueilli aucun migrant".

12h02 - Alors que la France est confrontée à la question migratoire, après des tensions diplomatiques avec l'Italie relatives à la crise de l'Aquarius, Bruno Le Maire est interrogé de prime abord sur l'immigration. 

"La France a accueilli près de 100.000 demandeurs d'asile l'année dernière. La France prend toute sa part dans la gestion de la crise migratoire. Cette crise, dans le fond, n'est pas une crise migratoire mais une crise politique. La crise migratoire était en 2015 quand nous avions près d'un million de personnes qui voulaient rejoindre les côtes européennes", commence Bruno Le Maire.

11h45 - Bonjour et bienvenue dans ce direct de l'émission Le Grand Jury. Aujourd'hui, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire répondra aux questions de Benjamin Sportouch (RTL), Guillaume Roquette (Le Figaro), Christophe Jakubyszyn (LCI) et Marie-Pierre Haddad (RTL.fr).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Bruno Le Maire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793821552
Aides aux entreprises : Le Maire "souhaite identifier une économie d'1 milliard d’euros"
Aides aux entreprises : Le Maire "souhaite identifier une économie d'1 milliard d’euros"
LE GRAND JURY - Le ministre de l'Économie a annonce vouloir "identifier" un milliard d'euros d'économies sur les aides apportées aux entreprises, qui s'élèvent à 70-75 milliards actuellement.
https://www.rtl.fr/actu/politique/bruno-le-maire-est-l-invite-du-grand-jury-rtl-le-figaro-lci-7793821552
2018-06-20 14:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/F_g73DPiDihMWYbJXVcmqg/330v220-2/online/image/2018/0624/7793859337_bruno-le-maire-lors-du-grand-jury-le-dimanche-24-juin-2018.jpg