1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Bébés nés sans bras : "Le gouvernement n'a pas été à la hauteur", fustige Ségolène Royal sur RTL
1 min de lecture

Bébés nés sans bras : "Le gouvernement n'a pas été à la hauteur", fustige Ségolène Royal sur RTL

INVITÉE RTL - Ségolène Royal affirme n'avoir jamais été alertée sur cette affaire, lorsqu'elle était ministre de l'Environnement.

Ségolène Royal lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, le 4 novembre 2018
Ségolène Royal lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, le 4 novembre 2018
Crédit : RTL /FREDERIC BUKAJLO / SIPA PRESS
Le Grand Jury de Ségolène Royal du 4 novembre 2018
55:22
Le Grand Jury de Ségolène Royal du 4 novembre 2018
55:23
Benjamin Sportouch & Marie-Pierre Haddad

Le mystère reste entier sur la naissance de bébés nés sans main et sans bras, dans l'Ain. La découverte de onze nouveaux cas suspects de bébés ayant cette malformation, après sept cas recensés précédemment, relance les interrogations sur cette malformation rare.

Invitée lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI dimanche 4 novembre, Ségolène Royal estime que "sur cette affaire le gouvernement n'a pas du tout été à la hauteur". 

L'ancienne ministre de l'Environnement indique que l'exécutif "aurait dû lui-même révéler ces faits. Emmanuelle Amar, la personne qui les a révélés, a même été menacée de licenciement. La structure qu'elle anime a été menacée de suppression de subvention, c'est-à-dire, on a cherché à faire taire celle qui a révélé l'affaire. C'est une terrible épreuve pour les parents". Ségolène Royal affirme ne pas avoir été alertée sur le cas de ces bébés nés avec des malformations dans l'Ain, à l'époque où elle était ministre

Néanmoins, elle détaille le plan qu'elle aurait mis en place, si elle était encore à la tête du ministère de l'Environnement. "Les inspecteurs seraient déjà sur place. Ce qui m'a beaucoup frappé dans ce mécanisme, c'est que l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire ndlr), n'en a jamais été saisie et n'est jamais allée sur place. Du jour au lendemain, les inspecteurs auraient été sur place, avec un objectif : prélever des échantillons de terre autour de toutes les maisons où les enfants sont nés avec ce handicap et nous faisons des analyses (...) Ça, ça prend 15 jours", lance-t-elle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/