2 min de lecture Eric Woerth

"Avec Emmanuel Macron, c'est mardi gras tous les jours", selon Éric Woerth

L'ancien ministre du Travail émet un jugement très sévère sur l'action du président de la République, dans "Le Journal du Dimanche".

Éric Woerth le 13 février 2016
Éric Woerth le 13 février 2016
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Éric Woerth ne croit ni au renouveau de la classe politique, ni en Emmanuel Macron. Le président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale fustige la politique du gouvernement, dans une interview au Journal du Dimanche. "Il n'y a pas de honte à avoir sollicité plusieurs fois la confiance de ses électeurs, assume-t-il. C'est vrai qu'il y a un renouvellement incontestable de l'Assemblée, y compris au sein du groupe des Républicains, et c'est une bonne chose si on réussit à marier expérience et jeunesse. Pour l'instant, il est trop tôt pour savoir si la majorité réussira ce mariage. La plupart des députés de La République en marche ne doivent leur élection qu'à Emmanuel Macron".

Le député Les Républicains va même jusqu'à affirmer qu'il s'agit d'une "vision mensongère ou candide des choses". "Nous sommes tous issus de la société civile lorsqu'on entame notre premier mandat ! (...) Nous n'appartenons pas à deux catégories : la vielle politique ou la nouvelle politique. D'ailleurs, quand je regarde la majorité, j'ai parfois l'impression qu'ils font de la politique comme on en faisait sous l'Empire romain", ajoute-t-il. 

Un exécutif qui "n'assume pas ses décisions"

Le jugement d'Éric Woerth n'est pas plus tendre envers le président de la République et son premier ministre. "J'y vois surtout beaucoup de contradictions, parce que l'exécutif n'assume pas ses décisions. Par exemple, on nous a expliqué que les coups de rabot, c'était la vielle politique. Et en réalité, on constate que le gouvernement rabote les dépenses publiques", indique l'ancien secrétaire général des Républicains, avant d'ajouter : "Emmanuel Macron a été extrêmement proche de l'ancien président, mais il n'assume rien de ces réformes-là". Il poursuit quelques lignes plus tard sa charge contre le chef de l'État : "Avec Emmanuel Macron, c'est mardi gras tous les jours : il s'habille en aviateur, mais il demande aux militaires de prendre en charge le surcoût des opérations extérieures. Le message envoyé à nos armées n'est pas très 'bienveillant'… Sur les APL, le gouvernement s'aperçoit que des gens vont perdre beaucoup plus que 5 euros et il bricole une solution au dernier moment. Tout cela, c'est la politique de toujours… quand elle est mauvaise".

Éric Woerth laisse le bénéfice du doute à Édouard Philippe. À la question de savoir s'il est un bon premier ministre, l'ancien ministre estime qu'il "est bien intentionné". "Mais son poids me paraît assez faible aujourd'hui. Ce n'est même pas un metteur en scène de l'action gouvernementale. C'est un metteur en forme des décisions du Président, de son cabinet et de la technostructure qui entoure Emmanuel Macron. Mais il n'a pas été nommé là pour mettre en oeuvre la politique du gouvernement. La priorité du Président, c'était de casser la droite", continue-t-il. Et quid de Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics ? "Je note qu'il y a des ministres qui ont moins d’agressivité vis-à-vis de ceux qui étaient leurs compagnons, à droite, il y a encore deux mois", répond-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Eric Woerth Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants