1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, deux fardeaux pour Emmanuel Macron ?
1 min de lecture

Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, deux fardeaux pour Emmanuel Macron ?

Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti ont tous les deux été rattrapés par la justice ce lundi. Ils devraient toutefois conserver leur poste aux côtés d'Emmanuel Macron.

Alexis Kohler, le 20 mai 2022
Alexis Kohler, le 20 mai 2022
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, deux fardeaux pour Emmanuel Macron ?
00:01:36
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par Nicolas Barreiro

Les mauvaises nouvelles s'enchaînent à l'Élysée ce lundi 3 octobre. Le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, parfois surnommé le "président bis", a été mis en examen pour "prise illégale d'intérêt". Toujours ce lundi, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République. Il est soupçonné d'avoir profité de sa nomination à la chancellerie pour régler ses comptes avec des magistrats. Deux affaires qui pourraient devenir de nouveaux boulets à trainer pour Emmanuel Macron.

Il ne faut toutefois pas mettre les deux affaires sur le même plan. Alexis Kohler, c'est l'homme de confiance, le deuxième cerveau d'Emmanuel Macron. L'Élysée fonctionne au rythme du chef de l'État grâce à Alexis Kohler. Le secrétaire général de l'Élysée est dans toutes les boucles de décisions, c'est un homme clé. 

Éric Dupond-Moretti, c'est autre chose. C'est un choix politique d'Emmanuel Macron. Il a choisi ce ministre de la Justice, en conflit ouvert et désormais judiciaire avec la magistrature. Rien jusque-là n'a fait revenir Emmanuel Macron sur cette décision. 

Risquent-ils de perdre leur poste ?

Les deux hommes n'ont pas la même proximité et la même importance pour Emmanuel Macron mais ni l'un ni l'autre n'ont à s'inquiéter pour leur sort dans l'immédiat. La jurisprudence instaurée par le président de la République s'applique. 

À lire aussi

Une enquête, une mise en examen, un renvoi devant la Cour de Justice de la République… Rien de tout cela, en l'absence de condamnation définitive, ne vaut démission.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire