4 min de lecture Alexandre Benalla

Alexandre Benalla : son audition devant le Sénat résumée en 5 phrases-clés

ÉCLAIRAGE - L'ancien chargé de mission de l'Élysée a refusé obstinément de répondre aux questions de la commission d'enquête sénatoriale sur l'attribution de ses passeports diplomatiques, s'attirant les remontrances du président Philippe Bas.

>
Alexandre Benalla : suivez son audition devant le Sénat Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Durée : |
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Une "pseudo affaire Benalla". Alexandre Benalla a été auditionné, ce lundi 21 janvier, pour la deuxième fois, devant la commission d'enquête sénatoriale. En costume sombre, rasé de près, l'ancien chargé de mission de l'Élysée est arrivé accompagné de son avocate, sous une nuée de photographes et de caméras.

Alexandre Benalla avait déjà été entendu le 19 septembre par cette commission d'enquête sénatoriale créée cet été après sa mise en examen pour des violences sur des manifestants le 1er mai, alors qu'il était "observateur" aux côtés de la police. Il a de nouveau été mis en examen vendredi, cette fois pour utilisation abusive de passeports diplomatiques après son licenciement.

La commission d'enquête du Sénat s'interroge sur la façon dont Alexandre Benalla a pu obtenir et utiliser des passeports diplomatiques et de service

1. "J'ai commis un certain nombre d'erreurs"

À lire aussi
Un pompiers éteint un incendie dans le sud de la France (illustration) le journal
Les infos de 18h - Var : 300 pompiers mobilisés dans un violent incendie

Alexandre Benalla a reconnu avoir commis "un certain nombre d'erreurs", évoquant une "situation professionnelle et personnelle assez troublée", à l'ouverture de son audition devant la commission d'enquête sénatoriale.

"J'ai commis un certain nombre d'erreurs, des erreurs que j'ai reconnues volontiers auprès de mes proches, auprès de mon entourage, et que je reconnais publiquement devant vous, et je l'ai fait également devant la justice", a dit l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, qui a estimé avoir subi un "lynchage en règle".

2. "Je ne vous ai pas menti"

"Je vous le réaffirme solennellement (...), je ne vous ai pas menti le 19 septembre lorsque je vous ai dit que mes passeports étaient à l'Élysée, et encore une fois, je fais confiance à la justice (...) qui fait émerger un certain nombre de vérités sur des mensonges, des rumeurs, des contrevérités qui ont été développées ici ou là", a déclaré l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron.

Alexandre Benalla, qui a fait plusieurs voyages d'affaires notamment en Afrique après avoir quitté ses fonctions à l'Élysée, a assuré avoir restitué les passeports "à la demande de la présidence de la République et du ministère des Affaires étrangères (...) dans le courant du mois d'août 2018". Il a indiqué que ces passeports lui avaient "été rendus à nouveau début octobre 2018 (...) avec un certain nombre d'éléments personnels un chéquier, une paire de clés, etc".

"Ces passeports n'étaient pas désactivés (...) sinon je n'aurais pas voyagé avec ces passeports", a-t-il ajouté, reconnaissant une "faute, "un manque de discernement", mais estimant que cela ne mérite pas "les proportions que tout ça a pris depuis le début de cette affaire".  

3. "Je ne détiens aucun secret"

Alexandre Benalla a aussi affirmé qu'il ne détenait "aucun secret sur qui que ce soit" et n'exerçait "aucun chantage", réfutant en creux avoir été protégé par l'Élysée.

"Je ne détiens aucun secret. Aucun secret sur qui que ce soit. Je ne fais aucun chantage. J'essaie d'expliquer un certain nombre de dysfonctionnements (...) mais il ne faut pas en déduire que tout ça est dû (...) à un secret que je détiendrais", a-t-il expliqué.

4. "Je ne répondrai pas à ces questions devant votre commission"

Alexandre Benalla a refusé obstinément de répondre aux questions de la commission d'enquête sénatoriale sur l'attribution de ses passeports diplomatiques, au motif qu'elles relevaient de l'information judiciaire qui est ouverte, s'attirant les remontrances du président Philippe Bas.

"Les conditions d'attribution, de détention et d'obtention, ainsi que de restitution de ce passeport concerne l'information judiciaire en cours", a répondu le principal concerné, interrogé par le rapporteur Jean-Pierre Sueur (PS) sur les conditions du renouvellement d'un passeport diplomatique en juin 2018.

"Je ne répondrai pas à ces questions devant votre commission, j'en suis désolé", a déclaré l'ancien chargé de mission de l'Élysée, réitérant ensuite à plusieurs reprises ce refus, malgré l'insistance du président de la commission Philippe Bas et du rapporteur Jean-Pierre Sueur. "Je respecte le cadre qui m'a été conseillé par mon avocate de ne pas faire d'auto-incrimination. Dès lors que vous êtes mis en cause par la justice, toutes les déclarations que je peux faire devant vous sous serment peuvent être retenues contre moi par la justice ultérieurement", a ajouté Alexandre Benalla. 

5. "J'ai avisé des personnes de mes déplacements à l'étranger

Alexandre Benalla a affirmé que ses déplacements à l'étranger avec les passeports diplomatiques qu'il avait conservés après son licenciement n'avaient "aucun rapport" avec ses précédentes fonctions à l'Élysée.

Interrogé de façon insistante par les sénateurs sur ces passeports, utilisés "presqu'une vingtaine de fois" depuis cet été selon l'Élysée pour des voyages d'affaires notamment en Afrique, Alexandre Benalla s'est retranché à plusieurs reprises derrière l'enquête en cours et le risque d'"auto-incrimination".

"J'ai avisé des personnes de l'ensemble de mes déplacements à l'étranger", a-t-il néanmoins indiqué, évoquant "des membres de la présidence de la République", mais refusant de détailler leur identité ou leurs fonctions. Il a dit l'avoir fait "par courtoisie", sans obligation, précisant notamment que pour son déplacement au Tchad, l'Élysée n'avait pas été informé en amont.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Sénat Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796294614
Alexandre Benalla : son audition devant le Sénat résumée en 5 phrases-clés
Alexandre Benalla : son audition devant le Sénat résumée en 5 phrases-clés
ÉCLAIRAGE - L'ancien chargé de mission de l'Élysée a refusé obstinément de répondre aux questions de la commission d'enquête sénatoriale sur l'attribution de ses passeports diplomatiques, s'attirant les remontrances du président Philippe Bas.
https://www.rtl.fr/actu/politique/alexandre-benalla-son-audition-devant-le-senat-resumee-en-5-phrases-7796294614
2019-01-21 16:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/LFCkO8AkQ0rrsh2DLfCl4A/330v220-2/online/image/2019/0121/7796294864_alexandre-benalla-devant-le-senat-le-21-janvier-2019.jpg