2 min de lecture Harcèlement

Affaire Mila : Brigitte Macron "persuadée" sur RTL "que l'on peut parler de tout"

INVITÉE RTL - La première dame tient à rappeler que "la parole est tellement virulente que l'on arrive vite à l'insulte", mais qu'il est important de parler de tout, "sans tabou".

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Brigitte Macron était l'invitée de RTL du 12 février 2020 Crédit Image : Thomas Padilla pour Agence 1827 | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

Inondée de menaces sur les réseaux sociaux, Mila, la lycéenne iséroise de 16 ans dont les virulentes critiques sur l'islam ont été massivement relayées, est de nouveau scolarisée. Dans cette affaire qui a suscité de vives réactions y compris au sein de la classe politique, le droit au blasphème, ce droit à pouvoir critiquer les religions, a été défendu, en premier lieu par l'intéressée, qui a confirmé ses propos lors d'une interview sur TMC

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a regretté, dans une tribune au Monde, ses propos "inexacts" sur la critique de la religion, qui lui ont valu d'être accusée de mal connaître le droit ou de justifier le délit de blasphème. 

Sur RTL, Brigitte Macron, explique que l'"on peut parler de tout, il n'y a pas de sujet tabou. Attention peut-être à la manière dont on en parle. La parole est tellement virulente que l'on arrive vite à l'insulte. Mais je suis persuadée que l'on peut parler et rire de tout".

Il faut que nous, professeurs, soyons sensibilisés davantage

Brigitte Macron sur RTL
Partager la citation

Sur le harcèlement scolaire, la première dame qui est très mobilisée aux côtés de Jean-Michel Blanquer dénonce le fait que "sur les réseaux sociaux, l'anonymat tourne en toute impunité". "Si vous recevez une lettre ou que vous avez des menaces de mort, la personne qui vous menace va être poursuivie. Sur les réseaux sociaux, qu'est-ce qu'on fait de ceux qui menacent ? Rien. Cette impunité n'est pas gérable. Cette violence ordinaire, qui était une violence digitale, est en train d'arriver dans la vie", ajoute Brigitte Macron.

À lire aussi
Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale le 27 mars 2019 Marlène Schiappa
Harcèlement de rue : près de 1300 amendes ont été dressées depuis août 2018, selon Schiappa

D’ailleurs, la première dame préfère le terme de souffrance à celui de harcèlement. "Ce ne sont pas seulement des moqueries. Ça s’installe dans la durée et à partir de ce moment, il y a une immense faille. Cette faille se manifeste par une souffrance qui fait qu'ils ont du mal à dormir, à manger, les résultats scolaires baissent et ils ont le regard fuyant (...) Il faut que nous, professeurs, soyons sensibilisés davantage". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Brigitte Macron École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants