1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Fillon-Jouyet : la semaine où Jean-Pierre Jouyet a embarrassé le gouvernement et la droite
5 min de lecture

Affaire Fillon-Jouyet : la semaine où Jean-Pierre Jouyet a embarrassé le gouvernement et la droite

Le secrétaire général de l'Élysée dans la tourmente a failli entraîné François Hollande avec lui. De son côté, François Fillon risque sa candidature à la primaire UMP.

Jean-Pierre Jouyet et François Fillon, en 2008 (illustration)
Jean-Pierre Jouyet et François Fillon, en 2008 (illustration)
Crédit : GERARD CERLES / AFP
Marie-Pierre Haddad

L'exécutif se retrouve une nouvelle fois dans une position compromettante. Deux journalistes du Monde ont publié les déclarations du secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, selon lesquelles François Fillon lui aurait demandé d'accélérer les procédures judiciaires à l'encontre de Nicolas Sarkozy pour ne pas "le laisser revenir". 

Après un premier démenti, Jean-Pierre Jouyet a fini par changer de version en affirmant que l'ancien premier ministre a bel et bien évoqué l'affaire Bygmalion ainsi que la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l'UMP pour le dépassement des dépenses autorisées, dans le cadre de la campagne présidentielle de 2012.

Le meilleur ami de François Hollande

Le candidat à la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire, a demandé la démission de secrétaire général de l'Élysée, lors du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI. "Il parait que Jean-Pierre Jouyet est le meilleur ami de François Hollande. Qui se ressemble s'assemble. Ils ont en commun un goût immodéré du mensonge", avait-il déclaré. 

Du côté de François Fillon, l'ambiance n'est guère meilleure puisque plus de la moitié des Français (56%) considèrent que l'avenir politique de l'ancien premier ministre se trouve compromis par ces révélations.

Lundi : une polémique de plus pour François Hollande

À lire aussi

Cette affaire pourrait-elle éclabousser François Hollande ? La situation est délicate pour le Président, qui doit faire face à un nouveau coup dur. Et pour cause, Jean-Pierre Jouyet est un ami très proche du chef de l'État rencontré à l'Ena

Même si l'affaire Fillon-Jouyet ne concerne pas François Hollande, ce dernier pourrait en être "un dommage collatéral", note Romain Renner, journaliste politique. Les journalistes du Monde expliquent ainsi que l'Élysée aurait le pouvoir d'intervenir sur des affaires judiciaires. De leur côté, les pro-Sarkozy dénoncent une nouvelle fois l'acharnement judiciaire dont est victime Nicolas Sarkozy. 

À regarder

Fillon-Jouyet : François Hollande peut-il être éclaboussé par l'affaire ?
01:04

Mais pour François Hollande, cette affaire pourrait devenir la goutte d'eau qui fait déborder le vase après la démission de l'éphémère ministre Thomas Thévénoud et les révélations de son ancien conseiller Aquilino Morelle ou encore celles de Valérie Trierweiler. Le Président est donc face à une situation délicate : doit-il monter au créneau pour défendre Jean-Pierre Jouyet ou bien se taire ?

Mardi : Jean-Pierre Jouyet, le gaffeur

Jean-Pierre Jouyet est un haut fonctionnaire au CV remarquable mais sur lequel "on peut ajouter des gaffes en tout genre. Le secrétaire général de l'Élysée représente bien plus que la garde rapprochée de François Hollande. C'est l'ami avec lequel on peut être fâché et ne plus être fâché", note l'éditorialiste Alba Ventura. 

Et si Jean-Pierre Jouyet a une réputation de gaffeur, ce n'est pas pour rien. "Peu de temps après l'élection de François Hollande, il avait confirmé, sur RTL, que Jean-Marc Ayrault serait bien nommé Premier ministre, alors que rien n'avait été annoncé", rappelle-t-elle.

À regarder

Affaire Fillon-Jouyet : "Nicolas Sarkozy endosse le rôle de la victime", dit Alba Ventura
02:57

Il sera aussi à l'origine de la gaffe concernant AcelorMittal. Il va déclarer que la Banque publique d'investissement, qu'il dirige à l'époque, a vocation à maintenir l'activité et non pas aider "les canards boiteux". "Le problème du secrétaire général de l'Élysée est qu'il est très bavard. 'Quand vous avez accès à Jouyet en tant que journaliste, c'est en général bingo à chaque fois'", disent les journalistes du Monde.

Mercredi : François Fillon dans la tourmente

Interrogé sur RTL, Jean-Luc Mélenchon ne voit qu'un seul responsable à l'affaire Fillon-Jouyet : François Hollande. "C'est lui qu'il faut juger", estime-t-il. Mais l'eurodéputé garde aussi quelques critiques pour Jean-Pierre Jouyet, qui fait, selon lui, partie des "insubmersibles, de ceux qui se pensent au-dessus du système"

Qu'en est-il de l'avenir politique de François Fillon ? L'ancien premier ministre a porté plainte contre les journalistes du Monde. Pour Jean-Michel Aphatie, cette affaire est "anecdotique et compliquée". Mais elle intervient surtout au plus mauvais moment pour le candidat à la primaire UMP. 

À regarder

Jean-Michel Aphatie : l'affaire Jouyet "survient à un mauvais moment pour François Fillon"
02:25

"Il a d'abord été amoindri par son conflit avec Jean-François Copé. Il a ensuite perdu beaucoup de crédit au sein de la droite pour avoir attaqué dans de mauvaises conditions Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, il est pris dans une polémique. Il ne restera donc qu'une seule chose : le sentiment qu'il en a appelé au camp adverse pour régler un problème au sein de l'UMP", analyse Jean-Michel Aphatie.

Cette situation est injuste pour François Fillon, car "de tous les leaders de la droite, il est celui qui a le plus travaillé et qui a les positions les plus abouties. Il a essayé de se renouveler et de proposer quelques choses de cohérent", ajoute-t-il.

Jeudi : une bataille judiciaire ouverte

Alors que le gouvernement ne cesse de réaffirmer son soutien à Jean-Pierre Jouyet, la pression autour de l'affaire, qui n'est pas close, est train de retomber, selon Alain Duhamel. "C'est d'ailleurs tout à fait normal, au vu des circonstances qui entrent en cause dans ce dossier", explique l'éditorialiste.

Cependant, il souligne que de nouveaux rebondissements "peuvent toutefois survenir". Et pour cause, François Fillon s'est expliqué devant les députés UMP et a de nouveau affirmé que le récit livré par Jean-Pierre Jouyet était "faux". 

À regarder

Alain Duhamel : "L'affaire Fillon-Jouyet n'est pas close mais la pression est retombée"
03:28

Le secrétaire général de l'Élysée a "déjà changé deux fois deux fois de versions : une pour dire que tout cela était faux et qu'il avait même trompé les journalistes. La seconde version pour dire exactement le contraire", a déclaré l'ancien premier ministre.

Vendredi : Récupérer les enregistrements

Depuis le début de cette affaire, les journalistes du Monde expliquent détenir des enregistrements de leurs échanges avec Jean-Pierre Jouyet. Cependant François Fillon n'a pas pu les écouter. C'est pourquoi, il a saisi la justice qui devrait se prononcer jeudi sur la question.

Dans cet enregistrement, le secrétaire général de l'Élysée raconte bien aux journalistes que François Fillon lui a demandé d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy pour empêcher le retour de son rival, de "taper vite". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/