2 min de lecture Alexandre Benalla

Affaire Benalla : "La sécurité du président de la République a été affectée"

La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé au Bureau du Sénat de saisir la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire.

Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et AFP

"Il n'y aurait pas eu d'affaire Benalla si une sanction appropriée avait été prise le 2 mai 2018". Le président de la commission d'enquête sénatoriale, Philippe Bas, a pointé des "dysfonctionnements majeurs au sein des services de l'État". 

La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a "réuni suffisamment d'éléments pour estimer que la sécurité du président de la République a été affectée", a-t-il souligné ce mercredi 20 février. Selon le sénateur Les Républicains, la sécurité d'Emmanuel Macron "n'est pas une affaire personnelle ; elle regarde tous les Français et doit être au niveau des meilleurs standards internationaux". 

La commission évoque notamment "des pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté" dans le domaine de la sécurité du président, et "un sérieux manque de précaution dans la prévention des conflits d'intérêts de certains collaborateurs", en référence au contrat négocié avec un oligarque russe par Alexandre Benalla et Vincent Crase

À lire aussi
Ismaël Emelien, ancien conseiller d'Emmanuel Macron, invité de RTL le 26 mars 2019 Alexandre Benalla
Affaire Benalla : "Mon rôle était d'organiser la riposte", explique Ismaël Emelien

Un manque de diligences dans le suivi et le retrait des moyens alloués à Alexandre Benalla après son licenciement

Philippe Bas, président de la commission d'enquête sénatoriale
Partager la citation

Selon Philippe Bas, "les faits du 1er mai apparaissent comme la partie émergée de l'iceberg". La commission d'enquête critique aussi "une confiance maintenue et une collaboration poursuivie après les graves dérapages commis par (Alexandre Benalla ndlr) le 1er mai 2018" place de la Contrescarpe à Paris, ainsi qu'"une remontée d'informations défaillante au sein de l'institution policière et de l'exécutif" sur ces faits.  

Selon la commission présidée par Philippe Bas (LR), il y a eu à cette occasion "des faits dissimulés à la justice du fait de l'absence de saisine du procureur de la République". En outre, les sénateurs épinglent "un manque de diligences dans le suivi et le retrait des moyens alloués à Alexandre Benalla après son licenciement (passeports, téléphone Teorem, etc.)", et aussi "une réaction tardive pour s'assurer du respect, par l'intéressé, de ses obligations déontologiques à l'issue de son contrat"

Devant la presse, Philippe Bas a souligné que la commission d'enquête avait "réuni suffisamment d'éléments pour estimer que la sécurité du président de la République a été affectée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Sénat Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797000759
Affaire Benalla : "La sécurité du président de la République a été affectée"
Affaire Benalla : "La sécurité du président de la République a été affectée"
La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé au Bureau du Sénat de saisir la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire.
https://www.rtl.fr/actu/politique/affaire-benalla-la-securite-du-president-de-la-republique-a-ete-affectee-7797000759
2019-02-20 11:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NbaXyjJkSyix7GYujH9wcQ/330v220-2/online/image/2019/0220/7797000788_alexandre-benalla-a-paris-le-19-fevrier-2019.jpg