1. Accueil
  2. Actu
  3. Météo
  4. Météo en France : la vague de chaleur de juillet va-t-elle ressembler à l'été caniculaire mortel de 2003 ?
3 min de lecture

Météo en France : la vague de chaleur de juillet va-t-elle ressembler à l'été caniculaire mortel de 2003 ?

ÉCLAIRAGE - Des journées étouffantes et des nuits difficiles attendent les Français pour ce début d'été 2022. Une nouvelle norme est-elle en train d'émerger ?

Une infirmière consulte des documents, le 11 août 2003 au service des urgences du CHU de Bordeaux
Une infirmière consulte des documents, le 11 août 2003 au service des urgences du CHU de Bordeaux
Crédit : AFP
La vague de chaleur de juillet va-t-elle ressembler à l'été caniculaire mortel de 2003 ?
00:02:17
La vague de chaleur de juillet va-t-elle ressembler à l'été caniculaire mortel de 2003 ?
00:02:17
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Dans la mémoire collective française et européenne, la canicule d'août 2003 reste une catastrophe. Au sud de l'Espagne, les stations météo enregistraient des températures records avec 46,2°C à Cordoue par exemple. En France, les températures maximales en journée dépassaient allègrement les 35°C en s'approchant régulièrement des 40°C. Selon  Météo-France, "cette période de canicule dépassait de très loin tout ce qui a été connu depuis 1873 par son intensité et sa longueur tant au niveau des températures minimales, maximales que moyennes".

Les conséquences de cette vague ont été dramatiques avec plusieurs estimations statistiques qui, aujourd'hui, font état d'une hécatombe. Selon une première estimation de l'Institut de veille sanitaire (InVS) remise au ministre de la Santé de l'époque, Jean-François Mattei, la canicule a fait 11.435 morts du 1er au 15 août. Des études postérieures de l'Inserm et de l'Insee ont porté ce chiffre à 15.000 décès au moins, soit une surmortalité de 55% concernant particulièrement les personnes fragiles. On compte près de 70.000 morts dans toute l'Europe. 

Cette crise a profondément impacté le milieu médical, celui des Ephad et a aussi bousculé la scène politique. La société, elle aussi, a été secouée et la question de l'isolement des personnes âgées est devenu un axe médiatique majeur. Mais cet événement a aussi été considéré comme exceptionnel. Une conjonction malchanceuse de plusieurs facteurs. L'accélération du réchauffement climatique et la multiplication de ces vagues de chaleur, toujours plus violentes et longues, veulent-elles dire que cette exception est en passe de devenir la règle ?

Une nouvelle norme

En ce début du mois de juillet 2022, les températures dépassent déjà les 30 degrés. Une nouvelle vague de chaleur qui fait déjà suite à un épisode spectaculaire en juin. En ce moment, la France connaît un épisode relativement semblable. De fortes chaleurs sont détectées à partir du Sud-Ouest et de la basse vallée du Rhône et les températures s'échelonnent entre 33 et 37°C et jusqu'à localement 38°C sur le sud Gironde.

À lire aussi

Une nouvelle norme ? Les prévisionnistes ne sont pas très optimistes. Sébastien Léas de Météo-France, le dit clairement au micro de RTL : "On s'attend d'ici à la fin du siècle à ce que l'été 2003 soit un peu la norme, si on reste dans un schéma avec nos émissions de gaz à effet de serre. Mais même si on prend plus récemment, on avait des étés qui étaient extrêmement chauds, notamment à l'été 2016. C'est une autre fenêtre ouverte sur ce qui nous attend, c'est-à-dire des périodes estivales qui risquent d'être plus importantes, plus longues, avec des canicules et des épisodes de fortes chaleurs qui commenceront plus tôt et qui finiront aussi plus tard dans la saison."

"Oui, il faut être inquiet, évidemment, insiste le spécialiste. Il faut garder en mémoire que de toute façon, quoi qu'on fasse, même si demain on coupe les émissions de gaz à effet de serre, le climat a une telle inertie que les températures vont forcément aller à la hausse.

Combien de temps va durer cette vague ?

Pour cette vague de juillet, on a du mal à savoir combien de temps elle durera. 5 jours, 7 jours, 10 jours, voire plus ? "Ça, c'est toujours lié à la qualité de la prévision aujourd'hui, explique Louis Bodin. Je le répète régulièrement sur RTL, la prévision aujourd'hui a un peu de fiabilité jusqu'à cinq-six jours. Après, on ne sait pas. Donc c'est la même chose pour cette vague de chaleur dont on commence à avoir un peu plus de contours. Dans la moitié sud, elle va se prolonger probablement jusqu'au week-end. Dans la moitié nord, c'est beaucoup plus nuancé. Demain (mercredi 13) va être une journée très chaude, mais ensuite ces températures vont baisser jusqu'à samedi et puis peut-être de nouveau un peu de chaleur entre dimanche et lundi", note le prévisionniste.

"Je viens de sortir ce qu'on appelle les derniers modèles du jour. Et ils sont un peu moins pessimistes à partir de dimanche. Y compris sur la moitié nord. Voilà pourquoi on reste prudent dès qu'on prévoit au-delà de 3 à 4 jours. En revanche, dans le Sud-Ouest, là, c'est certain, on va atteindre probablement des températures de 38 à 39 degrés aujourd'hui. Mais ça reste vrai jusqu'à jeudi.

Des températures... à l'ombre

Des températures qui sont relevées "à l'ombre", rappelle Louis Bodin. "Les températures sont relevées dans des petites boîtes. C'est très homogène au niveau international pour qu'on puisse effectivement comparer ces températures. Ce sont des températures relevées sous abri." Les températures ressenties en plein soleil par nos corps peuvent donc être plus élevées et plus pénibles pour nos organismes. Les enfants et les personnes âgées seront toujours plus fragiles face à la déshydratation et l'isolation. Les travailleurs manuels en milieu urbain qui ne peuvent correctement se protéger du soleil lorsqu'il est au zénith devront faire tout particulièrement attention.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/