2 min de lecture Volcan

L'Islande se prépare à vivre l’éruption du volcan Grímsvötn, après trois séismes

La terre tremble dans le nord de l'Islande où trois séismes d'une magnitude supérieure à 5 ont été enregistrés ces deniers jours. Coté sud, l'île s'apprête à vivre l'éruption du volcan Grímsvötn, dont la dernière remonte à 2011.

Le volcan Grímsvötn lors de sa dernière éruption le 24 mai 2011
Le volcan Grímsvötn lors de sa dernière éruption le 24 mai 2011 Crédit : Bjorn Oddsson / AFP
Marie Gingault et AFP

Depuis trois jours, plus de 3.000 secousses ont agité les sismographes islandais, ont annoncés des scientifiques. Cela concerne particulièrement des tremblements dans le nord de l'île, tandis que le sud se prépare à vivre l'éruption du volcan Grímsvötn.

Il s'agit du volcan le plus actif de l'île boréale et sa dernière éruption remonte à 2011. Les autorités ont fait savoir depuis la mi-juin qu'il se préparait pour sa prochaine éruption. Des taux de dioxyde de soufre particulièrement élevés ont été enregistrés, indiquant la présence du magma à faible profondeur.

Les risques de cette éruption sont jugés moindres que pour l'éruption du volcan Eyjafjöll en 2010. En effet, celle-ci avait provoqué la formation d'un immense nuage de fumée et semé le chaos dans le ciel européen. Plus de 100.000 vols avaient été annulés et 8 millions de passagers se sont retrouvés bloqués.

3 séismes d'une magnitude supérieur à 5 en quelques jours

Néanmoins, le réveil du Grímsvötn en 2011 avait tout de même entraîné l'annulation de quelque 900 vols, les cendres avaient atteint le Royaume-Uni et s'étaient rapprochées du continent européen. Le Grímsvötn est un volcan subglaciaire, ce qui signifie que son éruption déclenche également des inondations liées à la fonte des glaces qui le recouvrent.

À lire aussi
Le volcan du Mont Sinabung en Indonésie, entré en éruption le 10 août 2020. volcan
Indonésie : le Sinabung de nouveau en éruption, une alerte aérienne délenchée

Au nord de l'île, ce sont trois séismes d'une magnitude supérieure à 5 sur l'échelle de magnitude du moment qui ont été enregistrés ces derniers jours. L'un d'eux a été ressenti jusqu'à Reykjavík, la capitale de l'île, située à 265 km.

Selon l'Institut météorologique d'Islande, l'épicentre de cet "essaim" sismique, qui devrait se poursuivre au cours des prochains jours, se trouve à 20 kilomètres au large de Siglufjördur, village de la côte nord islandaise où vivent quelque 1.200 personnes. Mais l'épicentre se trouve surtout à quelques dizaines de kilomètres d'Akureyri, la deuxième ville d'Islande qui compte près de 20.000 habitants.

Le plus gros séisme remonte à 1755

Pour l'heure, seuls des glissements de terrain et des chutes de pierres ont été constatés près de l'épicentre. Aucun blessé ni dégât majeur n'est a déplorer. Située sur la zone de fracture de Tjörnes, cette région est habituée aux secousses. Le séisme le plus intense dans cette zone remonte à 1755. Des études effectuées bien plus tard avaient alors révélé qu'il s'agissait à l'époque de secousses de magnitude 7

Cette tension sismique intervient tandis qu'une partie du pays était déjà sous surveillance. En effet, depuis janvier une série de tremblements de terre secoue les alentours de Grindavik. Une zone très proche des eaux fumantes du touristique "Lagon bleu" dans la péninsule de Reykjanes, au sud ouest de l'île.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Volcan Tremblement de terre Islande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants