1 min de lecture Martinique

Violences en Martinique : pourquoi le gouvernement envoie des renforts de police

Face à l'augmentation des actes de violences sur l'île, les ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et des Outre-mer Annick Girardin ont annoncé ce jeudi 13 février l'envoi de renforts de police en Martinique dès le mois de mars.

Christophe Castaner, le 20 avril 2018.
Christophe Castaner, le 20 avril 2018. Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
Charles Deluermoz et AFP

"Malgré un niveau de délinquance comparable à celui de la métropole, la Martinique est touchée par un niveau d'homicides plus importants et des violences plus fortes". Dans un communiqué publié ce jeudi 13 février, les ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et des Outre-mer Annick Girardin ont annoncé que des renforts de police allaient être envoyés en Martinique pour faire face à l'augmentation des actes de violences et d'homicides.

"Dès le mois de mars 2020, quatre officiers de police judiciaire et quatre personnels déjà habilités au sein de la BAC viendront développer les capacités spécifiques de la police nationale permettant de faire face à cette utilisation croissante des armes sur ce territoire", indiquent-ils, précisant que "ces renforts supplémentaires viendront appuyer les 686 policiers et 688 gendarmes sur place".

Les deux ministres rappellent par ailleurs que la construction d'un nouvel hôtel de police à Fort-de-France, d'un coût total de 35,5 millions d'euros, "devrait être livré dans les prochains mois", et que le "plan armes", qui a permis d'augmenter de 20 % le nombre d'armes saisies en 2019, "restera une priorité pour les services de l'État en 2020".

25 homicides en 2019

En septembre, des policiers avaient manifesté devant le commissariat du Lamentin en Martinique, à l'appel du syndicat Alliance Police Nationale et SGP Police FO, pour dénoncer le manque d'effectifs.

À lire aussi
La brume de sable qui balaie les Caraïbes, le 24 juin 2020 Antilles
Météo : les Antilles balayées par un épisode de brume de sable exceptionnel

Le maire de Fort-de-France Didier Laguerre (Parti progressiste martiniquais) et les députés Serge Letchimy, Josette Manin (apparentés PS), et Jean-Philippe Nilor (GDR, groupe à dominante PCF), avaient également demandé en juillet dernier des mesures pour lutter contre "la prolifération des armes et la délinquance juvénile", face à "l'augmentation des actes de violences" dans leur île.

En 2019, 25 homicides ont été commis sur l'île de la Martinique, dont 19 par arme à feu. Depuis janvier, deux homicides ont eu lieu. Sur place, l'ancien conseiller Outre-mer d'Emmanuel Macron, Stanislas Cazelles, vient d'être nommé préfet de Martinique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Martinique Violences Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants