1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Vienne : un sexagénaire jugé pour viol, trahi par un papier de bonbon
2 min de lecture

Vienne : un sexagénaire jugé pour viol, trahi par un papier de bonbon

Un homme de 69 ans a reconnu le viol d'une femme plus de 20 ans après les faits. Les enquêteurs avaient remonté sa piste grâce à l'ADN présent sur un emballage de bonbon, oublié sur la scène du crime.

Statue de la déesse de la Justice équilibrant la balance. (Illustration)
Statue de la déesse de la Justice équilibrant la balance. (Illustration)
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

Trahi par la découverte de son ADN sur un emballage de bonbon. André Basset, 69 ans, est jugé depuis le lundi 28 février devant les les assises de la Vienne à Poitiers, plus de 20 ans après les faits, pour le viol d’une jeune femme dont il est suspecté.

Le sexagénaire, qui risque 15 ans de réclusion criminelle, avait reconnu le viol le 5 octobre 1998 à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers (Vienne) d'une jeune femme alors âgée de 21 ans. En 2019, il avait été soupçonné à la suite de prélèvements d'indices sur un cambriolage commis dans une menuiserie de la Vienne. En exploitant les traces ADN prélevées sur les lieux, les gendarmes s'étaient aperçus que l'une d'elles, découverte sur un emballage de bonbon, coïncidait avec l'ADN d'un violeur inconnu figurant depuis plus de vingt ans dans la base de données du Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG).

Cette correspondance entre les deux ADN non identifiés avaient conduit les gendarmes à relancer l'enquête sur ce viol. Les soupçons des enquêteurs s'étaient alors portés sur le sexagénaire, père de l'exploitant de la menuiserie cambriolée. Il n'avait jamais été inquiété jusqu'à son interpellation. En quelques heures, l'analyse de l'ADN prélevé sur le sexagénaire en garde à vue, avait confirmé que c'était bien le sien qui avait été retrouvé en 1998.

Le suspect reconnait les faits

Confronté à ces comparaisons d'ADN, l'homme avait reconnu le viol, commis en octobre 1998, en pleine nuit, sur une route du nord du département. La victime, une automobiliste de 21 ans, avait dû s'arrêter car des rondins de bois avaient été placés en travers de la chaussée. Un homme "qui avait le visage dissimulé par une cagoule avait surgi. Il l'avait ligotée. Elle avait été violée dans la voiture. Le suspect avait ensuite pris la fuite à pied", avait indiqué le parquet.

À lire aussi

À l'époque des faits, en 1998, l'homme avait été entendu comme témoin par les gendarmes de la brigade de recherches de la gendarmerie de Châtellerault car il était le voisin de la victime. Lundi, l'audience s'est concentrée sur la personnalité et les motivations de ce père de famille, présenté comme "la crème de la crème" et "toujours attentionné" par son épouse.

L'accusé "à la personnalité normale et très chaleureuse" n'est pas un violeur en série, selon la psychologue Anne Jolly. "Il n'y a pas de danger pour les autres. Il était dans un état de bouleversement émotionnel intense. Il y a eu deux personnes traumatisées dans cette histoire", a jugé l'experte devant la victime.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.