1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Vanesa Campos : comment le meurtre de cette prostituée trans a été "politisé"
4 min de lecture

Vanesa Campos : comment le meurtre de cette prostituée trans a été "politisé"

PODCAST - Dans la nuit du 16 au 17 août 2018, Vanesa Campos, prostituée trans est assassinée au bois de Boulogne. Son meurtre déclenche une vague de mobilisation pour la défense des droits des personnes trans et travailleuses du sexe.

Hommage à Vanesa Campos, tuée au bois de Boulogne, en août 2018
Hommage à Vanesa Campos, tuée au bois de Boulogne, en août 2018
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
49. Meurtre de Vanesa Campos : la "révolte" des travailleuses du sexe
00:29:23
PORTRAIT - Qui était Vanesa Campos, prostituée trans assassinée au bois de Boulogne ?
00:05:51
Marie Zafimehy

"Je ne pensais pas qu'elle allait mourir". Lorsque Giovanna Rincon décroche son téléphone cette nuit d'août 2018, elle est loin de se douter qu'elle s'apprête à vivre des années d'épreuve judiciaire et de mobilisation. Vanesa Campos, prostituée trans sans-papier, vient tout juste d'être victime d'une bande de malfaiteurs et ses copines appellent l'association Acceptess-T, dont Giovanna Rincon est la directrice, à l'aide.


"Ce sont elles qui sont venues vers notre association et ce sont elles-mêmes qui ont informé la famille de Vanesa Campos qu'on leur avait apporté un soutien juridique, matériel, psychologique, raconte Giovanna Rincon dans Les Voix du crime. Et donc, c'est la famille de Vanesa qui nous a contacté et qui nous a demandé quelle était la situation et comment on pouvait vraiment se mobiliser pour défendre les intérêts de la famille, de la mère et de la sœur."

Grâce à un donateur qui verse l'argent nécessaire pour payer un billet d'avion, la sœur de Vanesa Campos arrive à Paris du Pérou. "À ce moment-là, j'avais la possibilité de l'héberger, poursuit Giovanna Rincon. Donc, elle a passé pratiquement tout son séjour à côté de moi."

On a décidé de 'politiser' cet assassinat pour toucher l'opinion publique

Giovanna Rincon

La sœur de Vanesa Campos sur place, elle accompagne les "copines" de la défunte dans leur mobilisation. Marches, hommages, manifestations... Le visage de Vanesa est partout. L'objectif : humaniser la jeune femme décédée à l'âge de 36 ans et à travers elle, toute une communauté, celle des personnes trans et plus particulièrement travailleuses du sexe sans-papiers.

À écouter aussi

Cela passe notamment par l'interpellation de plusieurs médias, dont le journal Le Parisien qui, dans un article, qualifie Vanesa Campos "d'homme prostitué"... Un manque de respect vis-à-vis de son identité de femme trans. "On prend la décision de faire le premier communiqué de presse", raconte Giovanna Rincon. Une communication qui paie. "Il y a eu un basculement plutôt positif et tous les autres médias se sont vraiment donné le temps d'écouter quel était vraiment le genre à respecter de Vanesa Campos, quel était son prénom vraiment choisi et sous lequel il fallait continuer à l'identifier dans les médias."


Giovanna Rincon assume d'avoir fait de Vanesa Campos le visage de cette campagne contre la transphobie. "On a décidé de 'politiser' cet assassinat pour toucher en quelque sorte l'opinion publique, mais en même temps aussi essayer que la communauté (trans, ndlr) elle-même puisse se sentir vraiment une fois pour toutes, écoutée, entendue, explique-t-elle. Et ça a fonctionné parce que très vite, on a commencé à faire des mobilisations et des marches - on a fait au moins trois marches - et ça nous permet d'aborder et de faire passer un peu les messages importants".

Les personnes qui ont assassiné Vanessa n'étaient pas des clients

Giovanna Rincon

Le message le plus important que souhaite faire passer Acceptess-T, avec l'aide des proches de Vanesa, c'est expliquer que la jeune femme a été victime non seulement de malfaiteurs, mais aussi de manière indirecte, de la loi sur la prostitution mise en place en 2016. Ce texte législatif prévoit la pénalisation des clients des travailleurs et travailleuses du sexe, conduisant ces dernières à s'isoler pour éviter les contrôles et continuer à gagner leur vie sans que leurs clients ne se sentent en danger.


"En réalité, les personnes qui ont assassiné Vanessa n'étaient pas des clients, c'était juste des malfaiteurs qui ont profité de ce contexte d'insécurité, de honte, de stigmate", insiste Giovanna Rincon qui milite pour l'abrogation de cette loi et un meilleur accompagnement des travailleurs et travailleuses du sexe, notamment via la régularisation des personnes trans sans-papiers, plus enclines à s'adonner à cette pratique.

Pour moi, ça a été un moment hyper violent

Giovanna Rincon

Cette vision féministe s'oppose à un féminisme abolitionniste qui considère que les personnes pratiquant le travail du sexe - souvent des femmes - sont victimes du système patriarcal et qu'il faut à tous prix les sortir de cette situation. Un conflit matérialisé lors du procès qui s'est tenu au début de l'année 2022 : là, Giovanna Rincon a dû faire face à une association abolitionniste.

"Pour moi, ça a été un moment hyper violent, raconte-t-elle, parce que encore une fois pour nous, en tant que communauté concernée par le travail du sexe et trans, non seulement on doit faire face à toutes les conséquences des société transphobes qui ne laissent pas vraiment d'espace à cette communauté pour aller au-delà de la prostitution et en plus, on doit se taper les conséquences de l'idéologie de l'abolition de la prostitution".

À travers son témoignage et ceux de ses paires, Giovanna Rincon estime que l'affaire Vanesa Campos, l'enquête et le procès qu'elle a entraîné a permis de visibiliser les luttes des personnes trans. Malgré tout, "notre colère reste vivante", affirme-t-elle : la loi de 2016 contre laquelle elle se bat est toujours en vigueur et un procès en appel se prépare.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire