2 min de lecture Justice

Une marche en soutien à l'agriculteur emprisonné après avoir tiré sur un voleur

INVITÉ RTL - Pour Hervé Lapie, président de la FDSEA de la Marne, le cas de Jean-Louis Leroux, agriculteur incarcéré pour avoir tiré sur un voleur, illustre la multiplication des vols que subissent les acteurs du monde rural.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Une marche en soutien à l'agriculteur emprisonné après avoir tiré sur un voleur Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Sarah Rozenbaum

Une "marche de soutien du monde rural" a eu lieu le jeudi 13 février en attente du verdict de la cour d'appel de Reims sur le cas de Jean-Louis Leroux, agriculteur incarcéré depuis plus de dix jours pour avoir tiré sur un voleur présent sur son exploitation. 

Pour Hervé Lapie, président de la FDSEA de la Marne, le cas de Jean-Louis Leroux est loin d'être anecdotique. Il représente ce que les populations vivent "dans les territoires ruraux, en termes d'insécurité et qui est devenu un véritable sujet".

Hervé Lapie appelle à une "prise de conscience des pouvoir publics, de nos parlementaires pour re-sécuriser et remettre des moyens de proximité envers ces territoires ruraux parce que je pense que Jean-Louis incarne seul ce qui se passe dans nos territoires et ce n'est pas à lui de payer seul l'insécurité qui règne".

Et la mobilisation dans les rues de Reims était plutôt conséquente puisque Hervé Lapie évoque "un petit millier dans les rues pour soutenir Jean-Louis".

Le problème de vols concerne tout le monde rural

À lire aussi
Camions de transport routier (illustration) faits divers
Les infos de 18h - Pas-de-Calais : le conducteur du camion ayant tué un piéton interpellé

Si ce cas suscite autant de passion, c'est qu'il est symptomatique d'un problème que doit affronter l'ensemble du monde rural : "Nous sommes tous confrontés à de plus en plus de vols. Tous les agriculteurs, tous les vignerons, tous les artisans, tous les commerçants sont confrontés à des vols. Vols de carburant, de poules, de lapins, de cochons, de GPS, de tracteurs…" 

Un phénomène qui s'explique par un désengagement sur les territoires ruraux pour Hervé Lapie : "Il y a une vingtaine d'années, des choix politiques ont été faits, on a abandonné beaucoup de gendarmeries dans nos territoires ruraux. On en a de moins en moins. Je pense que la responsabilité ne vient pas des gendarmes parce qu'on fait un gros travail avec nos gendarmes mais malheureusement, ils ne sont plus assez nombreux."

"Tout le monde porte plainte. Il y a avait des artisans dans la marche ce matin qui ont déposé plus de 70 plaintes en 2019 pour des vols. Et tout ça reste impuni. L'idée, c'est de le mettre en lumière."

"Ce qu'on vit aujourd'hui derrière ce terme agribashing, c'est un problème général d'insécurité, aujourd'hui on a 2% d'extrémistes en France qui sont des voleurs, ils ne représentant que 2% mais ils veulent faire la loi. L’État doit assumer ses fonctions régaliennes que sont l'enseignement, la formation et la sécurité des biens et des personnes  donc il est peut-être temps de se remettre autour de la table pour discuter de tous ces sujets de manière pragmatique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Agriculture Vol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants