1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Un homme de 73 ans, qui se faisait passer pour un mannequin, jugé pour viols par surprise
2 min de lecture

Un homme de 73 ans, qui se faisait passer pour un mannequin, jugé pour viols par surprise

VU DANS LA PRESSE - Un homme de 73 ans, accusé de viols par surprise, va comparaître devant la cour criminelle départementale de Montpellier après s'être fait passer pour un homme de 37 ans sur des sites de rencontres.

Application Tinder aux États-Unis (illustration)
Application Tinder aux États-Unis (illustration)
Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Nicolas Barreiro

"Un vieil homme à lunettes", "répugnant". Virtuellement, Anthony Laroche avait 37 ans et mesurait 1m78. Architecte d'intérieur au regard séducteur, il avait tout ce qu'il fallait pour plaire aux filles qu'il abordait. Mais derrière ce profil, se cachait en réalité Jack Sion, un homme de 68 ans. Aujourd'hui âgé de 73 ans, il est jugé ce lundi 25 octobre devant la cour criminelle départementale de Montpellier pour trois accusations de "viol par surprise", selon les informations du Figaro.

Se faisant passer pour un jeune Apollon, le suspect demandait aux femmes qu'il courtisait sur les réseaux sociaux de se rendre chez lui, dans le noir, les yeux bandés. En 2014, une première victime a porté plainte à Nice, après avoir découvert le véritable visage d'Anthony Laroche, une fois l'acte fini. Elle décrit alors un "vieil homme à la peau fripée". L'appartement de Jack Sion est alors perquisitionné et un carnet comprenant les coordonnées de 342 femmes est retrouvé par les policiers. Ces dernières évoquent un homme "répugnant", "qui a l'âge de mon père".

Le septuagénaire doit être jugé ce lundi pour des faits de "viols par surprise". Le flou juridique qui entourait ce crime a retardé la date du procès. En 2018, la cour d'appel d'Aix-en-Provence estimait que que "les éléments constitutifs du crime de viol n'étaient pas réunis, en l'absence de violences, menace, contrainte ou surprise, les plaignantes ayant adhéré au scénario mis en place", relayent nos confrères du Figaro

Un an plus tard, la cour de cassation assurait au contraire que "l'emploi d'un stratagème destiné à dissimuler l'identité et les caractéristiques physiques de son auteur pour surprendre le consentement d'une personne et obtenir d'elle un acte de pénétration sexuelle constitue la surprise".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/