1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Triple meurtre au Château d'Escoire : un massacre non élucidé depuis 1941
2 min de lecture

Triple meurtre au Château d'Escoire : un massacre non élucidé depuis 1941

À l'automne 1941, le Château d'Escoire va se retrouver au centre d'un triple meurtre sordide. Le fils de la famille propriétaire va vite devenir le principal suspect, avant d'être innocenté. Il deviendra par la suite un célèbre romancier...

Le château d'Escoire
Le château d'Escoire
L'INTÉGRALE - Triple meurtre au Château d'Escoire
00:42:01
L'ENQUÊTE - Triple meurtre au Château d'Escoire
00:15:20
Thibaud Chaboche & Jean-Alphonse Richard

Samedi 25 octobre 1941, aux alentours de 8h00 du matin, Jeannette Valade, petite paysanne de 16 ans, se rend dans une monumentale bâtisse grise adossée à un parc. Dans le bourg d'Escoire, à douze kilomètres de Périgueux, on l'appelle tout simplement "Le Château". Ce bâtiment est la propriété d'une riche famille parisienne, les Girard.

Y séjournent à ce moment-là Amélie Girard, son frère, Georges Girard, et le fils de celui-ci, Henri. Mais à son arrivée sur les lieux, Jeannette trouve les fenêtres et les portes de la grande maison closes. Seule la cuisine est ouverte. A l'intérieur, c'est un désordre indescriptible. Les tiroirs d'une commode ont été fouillés, une armoire est ouverte, les draps et les couvertures ont été tirés, un matelas déplacé... La jeune paysanne aperçoit alors deux jambes sur le sol. Elle pense tout d'abord à une statue jetée par terre, mais c'est en réalité un corps gisant à plat ventre.

C'est finalement Henri Girard, le fils de la famille qui, par un cri dans le parc, va alerter les voisins. "Ils sont tous morts" répète-t-il. A proximité de la cuisine, le corps de Georges Girard est retrouvé. Un troisième cadavre se trouve dans l'entrée de la chambre, celui de la bonne, Louise Soudex. Amélie Girard, qui tenait les cordons de la bourse de la propriété, est celle qui a reçu le plus de coups. L'arme du crime est vite trouvée dans la cuisine : une serpe, maculée de sang. Le gardien, présent sur place, la reconnaît de suite : Henri avait emprunté cet objet la veille...

Le fils de la famille principal suspect

Henri Girard répète à qui veut l'entendre qu'un cambrioleur a tué tout le monde. Il en veut pour preuve cette maison sans dessus dessous. Mais tous les regards vont se porter sur ce jeune homme excentrique, "un bon à rien" pour beaucoup dans le village...

À lire aussi

Dans la famille, "c'est le sale gosse, capricieux, dépensier, colérique, comme pas mal de jeunes gens. (...) Il a tout ce qu'il veut, son père lui donne de l'argent, quand il demande, il a, mais sa famille n'est pas si richissime", explique au micro de L'Heure du crime Philippe Jaenada, journaliste et auteur de La Serpe aux éditions Julliard. 

Suspecté, Henri est finalement arrêté et passera dix-neuf mois en prison jusqu'à son procès. L'affaire bénéficie à l'époque d'une grande couverture médiatique. Défendu par maître Maurice Garçon, le jeune homme est finalement acquitté, faute de preuves, le 3 juin 1943. Il deviendra par la suite un célèbre écrivain sous le pseudonyme de Georges Arnaud. Encore aujourd'hui, personne ne sait réellement qui a commis ce triple meurtre au Château d'Escoire.

L'équipe de l'émission vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.