1 min de lecture Gendamerie

Terrorisme : une vingtaine de gendarmes, soupçonnés de radicalisation, écartés

Richard Lizurey, le directeur général de la gendarmerie nationale, a annoncé ce lundi 14 octobre qu'une vingtaine de personnels de gendarmerie de tout statut avaient été écartés et une quinzaine sont toujours sous surveillance.

Un gendarme (illustration)
Un gendarme (illustration) Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin et AFP

Depuis 2013, "une vingtaine de personnes ont été écartées" des services de gendarmerie pour signes de radicalisation, a annoncé ce lundi 14 octobre Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale. Une quinzaine d'autres sont toujours "surveillées", a-t-il ajouté. 
Selon le ministère de l'Intérieur, sur les vingt personnes mises l'écart, six ont été révoquées. Parmi les personnels sous surveillance, certains "savent qu'ils sont surveillés, d'autres pas", a précisé Richard Lizurey sur Cnews. Ceux qui sont soupçonnés de s'être radicalisés sont des "candidats" et des fonctionnaires de "tout statut." 

Depuis l'attaque à la préfecture de police de Paris, la radicalisation au sein des services publics inquiète et fait débat. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a demandé que toutes les alertes liées à la radicalisation fassent désormais "l'objet d'un signalement automatique." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gendamerie Terrorisme Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants