1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. TÉMOIGNAGE - Rodéo urbain : "L'adrénaline est encore meilleure quand la police est derrière", confie un adepte
1 min de lecture

TÉMOIGNAGE - Rodéo urbain : "L'adrénaline est encore meilleure quand la police est derrière", confie un adepte

Gérald Darmanin a promis une intensification des contrôles liée à la pratique du rodéo urbain après l'incident qui a fait deux blessés à Pontoise ce vendredi 5 août. RTL a rencontré des adeptes de la pratique pour comprendre leur motivation.

Une scène de rodéo urbain à Clichy-sous-Bois 28 août 2009.
Une scène de rodéo urbain à Clichy-sous-Bois 28 août 2009.
Crédit : HADJ/SIPA
TÉMOIGNAGE - Rodéo urbain : "L'adrénaline est plus forte", confie un adepte
00:01:38
Zoé Pallier - édité par Baptiste Marin

Deux enfants ont été percutés par un motard à Pontoise (Val-d'Oise) dans un rodéo urbain ce vendredi 5 août. L'auteur de cet incident, âgé de 18 ans, a reconnu les faits et a été mis en examen. Si une loi a été votée en 2018 contre les rodéos urbains, cet incident dramatique relance le débat autour de cette pratique illégale. RTL est allé à la rencontre d'adeptes du rodéo urbain pour comprendre ce qui les motive à le pratiquer.

"On a vu les plus anciens, on a répété, on a fait la même chose", explique Karim, adepte de rodéo urbain. "On est du 93, il y'a a que ça à faire. Ça et de la vente de stups. Nous, on a préféré faire de la moto", témoigne cet habitant d'Epinay en Seine-Saint-Denis.

Ambulancier la journée, Karim estime qu'il ne faut pas faire de généralités autour de cette pratique. Si certains "sont conscients, d'autres ne le sont pas et s'en moquent (...) et à la fin, on arrive à deux enfants blessés".

Après le drame survenu à Pontoise, le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs promis une intensification des contrôles dans toute la France contre les personnes effectuant des rodéos urbains. 

À écouter aussi

Et pour Karim, cette intensification serait contre-productive. "L'adrénaline est plus forte, encore meilleure quand il y a la police derrière", témoigne-t-il. Les mots de Gérald Darmanin ce lundi 8 août ont aussi fait réagir Brice, qui réside Porte de la Chapelle (XVIIIe arrondissement de Paris). "Ce n'est pas en disant qu'ils sont des criminels qu'on peut leur faire comprendre".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/