1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tariq Ramadan accusé de viols : le parquet requiert son placement en détention
1 min de lecture

Tariq Ramadan accusé de viols : le parquet requiert son placement en détention

Le théologien musulman suisse Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viol en France, a été déféré au parquet de Paris ce vendredi 2 février en vue de sa mise en examen, au terme d'une garde à vue prolongée.

L'islamologue et théologien Tariq Ramadan
L'islamologue et théologien Tariq Ramadan
Crédit : Michel Spingler/AP/SIPA
Clémence Bauduin & AFP

Les conséquences de la campagne #balancetonporc retentissent plusieurs mois après sa naissance. Accusé de viols par deux femmes depuis le mois d'octobre, l'islamologue Tariq Ramadan a été déféré devant la justice au cours de la nuit en vue de sa mise en examen ce vendredi 2 février. Le parquet demande désormais son placement en détention

Convoqué par les enquêteurs de la police judiciaire dans le cadre de l'enquête parlementaire ouverte à son encontre pour "viols et violences volontaires", l'intellectuel controversé avait vu sa garde à vue prolongée. À la suite de cette prolongation, il avait été confronté pendant plus de trois heures à l'une des plaignantes qui se présente sous le pseudonyme de "Christelle", selon des sources proches du dossier. Mais Tariq Ramadan continue de nier les faits.

Au mois d'octobre, le scandale Weinstein a entraîné dans de nombreux pays une libération de la parole de victimes d'abus sexuels avec les campagnes #balancetonporc et #metoo. C'est à ce moment que deux femmes ont accusé Tariq Ramadan de les avoir violées. La première plaignante, Henda Ayari, accuse l'islamologue de l'avoir violée dans un hôtel parisien en 2012. La seconde plainte a été déposée quelques jours plus tard par une autre femme, "Christelle". Toutes deux avaient été rapidement entendues par la police, à Rouen et à Paris.

Petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, Tariq Ramadan a été mis en congé de l'université britannique d'Oxford où il était professeur d'études islamiques. Celui-ci n'a pris publiquement la parole qu'à deux reprises depuis le début de cette affaire, notamment pour annoncer une plainte pour diffamation.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

 

À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/