2 min de lecture Terrorisme

Tout est fait "pour empêcher" le suicide de Salah Abdeslam, assure Nicole Belloubet

Incarcéré à Fleury-Mérogis, placé à l'isolement et filmé 24h/24, des craintes existent quant à la stabilité mentale de Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Merogis (Essonne).
Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Merogis (Essonne). Crédit : DSK / POLICE NATIONALE / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
et AFP

D'après la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, il existe bien une crainte autour d'une potentielle tentative de suicide de Salah Abdeslam, le seul membre encore vivant des commandos jihadistes du 13 novembre 2015. L'homme est incarcéré et placé à l'isolement à la prison de Fleury-Mérogis, où il est suivi 24h/24 en vidéo dans sa cellule.

"On fait tout pour la rendre impossible", a indiqué Nicole Belloubetinterrogée sur LCI sur la crainte d'une tentative de suicide du détenu. Salah Abdeslam est mis en examen pour assassinat terroriste, mais pour le moment, il reste muré dans le silence

Un mutisme que permet la loi, mais qui avait provoqué en 2016 le départ de ses avocats. Il apparaît comme un maillon essentiel dans la préparation et la réalisation des attentats, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis.

Risque de "dérèglement psychique profond"

"Notre obsession, c'est qu'il puisse être présenté à son procès, c'est cela que nous voulions sauver à tout prix", a expliqué la garde des Sceaux. La date de ce procès en France n'est cependant pas encore fixée.

À lire aussi
Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, couple de policiers tués à Magnanville terrorisme
Attentat de Magnanville : un suspect placé en garde à vue

Concernant un risque que Salah Abdeslam ne "sombre dans un dérèglement psychique profond", Nicole Belloubet a précisé les conditions "d'assouplissement" de sa détention. "Il était placé dans un isolement absolu, c'est-à-dire avec aucun bruit ne lui parvenant de l'extérieur, aucune vision de l'extérieur... 'Assoupli', ça veut simplement dire je crois qu'on a désobturé une fenêtre, rendu un contact, ne serait-ce que d'audition, possible avec le monde extérieur", a-t-elle détaillé.

Un transfert pour son procès à Bruxelles

Pour finir, la garde des Sceaux a affirmé que la France était "en train de vérifier les conditions de sécurité dans lesquelles il peut être accueilli en Belgique, pour voir comment nous pouvons le transférer en Belgique pour qu'il suive son procès qui, en principe, était prévu pour décembre ou janvier".

Salah Abdeslam doit être jugé en Belgique du 18 au 22 décembre pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste sur plusieurs policiers", après la fusillade à Forest, dans l'agglomération bruxelloise, le 15 mars 2016, trois jours avant son arrestation à Molenbeek, quartier défavorisé de la capitale belge.

C'était dans la surprise générale qu'Abdeslam avait indiqué souhaiter comparaître à ce procès. La Belgique a officiellement demandé à la France qu'il lui soit remis pour être jugé à Bruxelles. La cour d'appel de Paris doit rendre sa réponse sous peu, avant d'étudier les conditions de ce transfert.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Société Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants