1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Seine-Saint-Denis : le fléau des punaises de lit pousse des habitants à fuir leur logement
1 min de lecture

Seine-Saint-Denis : le fléau des punaises de lit pousse des habitants à fuir leur logement

Alors que plus d'un million de personnes sont concernées par le fléau des punaises de lit en Île-de-France ces cinq dernières années, des habitants de Seine-Saint-Denis fuient leur immeuble, infecté depuis 2013.

Les punaises de lit tapissent les murs de l'appartement de Karine à Aubervilliers
Les punaises de lit tapissent les murs de l'appartement de Karine à Aubervilliers
Crédit : RTL
Nerissa Hemani - édité par Romain Giraud

C'est un fléau qui empoisonne la vie de ceux chez qui elles s'installent : les punaises de lit ont envahi le quotidien de plus d'un million de personnes ces 5 dernières années en Île-de-France. À Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, un immeuble est infesté depuis 2013, à tel point que des habitants finissent par quitter leur appartement. 

C'est le cas notamment de Karine, une habitante de l'immeuble, qui n'ose même plus rentrer chez elle. Dans le salon, des cartons remplis de vêtements s'empilent et les meubles sont à la cave car les punaises de lit tapissent les murs. "J'ai des morsures de partout, sur le dos, sur les doigts et ça m'empêche souvent de dormir", confie d'ailleurs la fille de Karine, une jeune adolescente qui ne cesse de se gratter les avant-bras. 

La situation est devenue si invivable que Karine et ses enfants ont quitté les lieux et dorment chez des amis, car même le hall de cet immeuble des années 50 est infesté. Le problème vient en fait d'un appartement laissé à l'abandon au 3e étage, car la locataire sous tutelle est actuellement hospitalisée. 

Les habitants réclament l'aide du bailleur, l'Office public de l'habitat depuis des années, mais "les traitements ne sont pas efficaces" déplore un locataire, qui affirme que les punaises de lit ont investi l'immeuble en 2013. Pour lui, la seule solution est de "reloger" tout le monde "le plus vite possible, car les traitements n'ont rien fait". Contactée, la vice présidente de l'OPH d'Aubervilliers dit avoir sollicité les services techniques compétents pour une action prochaine, sans pour autant donner de date.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/