2 min de lecture Faits divers

Samu : une enquête préliminaire ouverte à Cahors après le décès d'un septuagénaire

Le parquet de Cahors a ouvert une enquête préliminaire après la mort d'un homme de 70 ans début avril. Sa femme avait contacté le Samu a plusieurs reprises, et l'accuse d'avoir trop tardé à intervenir.

Des agents répondent à des appels au SAMU
Des agents répondent à des appels au SAMU Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
et AFP

Le Samu a-t-il tardé à intervenir pour sauver Jacques Orget ? La famille de cet homme de 70 ans, décédé le 1er avril dernier à Concots (Lot), a porté plainte pour non-assistance à personne en danger. Le parquet de Cahors a ouvert une enquête préliminaire.

Le septuagénaire, qui souffrait d'emphysème, était sous assistance respiratoire. Le soir du 31 mars, alors qu'il est resté alité toute la journée, sa femme constate que son taux d'oxygène dans le sang est très bas. Elle décide alors d'appeler le 15, le numéro du Samu.

Le médecin lui donne des instructions et lui dit qu'il rappellera une heure plus tard, selon France 3 Occitanie, qui a révélé l'affaire. L'état de Jacques Orget ne s'arrangeant pas, et sans nouvelles du Samu, sa compagne appelle à nouveau le 15

À lire aussi
Un gendarme (illustration) Bretagne
Côtes-d'Armor : ivre, elle va chercher son fils de 13 ans retrouvé "fortement alcoolisé"

Le Samu lui envoie un médecin de garde qui "a mis du temps à venir". Après avoir ausculté Jacques Orget, le médecin de garde contacte les urgences, qui envoient des ambulanciers privés. Devant l'impossibilité de transporter le patient, ils finissent par contacter le Samu, qui se déplace finalement peu avant minuit. Les tentatives de l'équipe pour réanimer le septuagénaire ne suffiront pas.

Pas de dysfonctionnement selon le Samu

Le docteur Thierry Debreux, médecin chef du Samu, assure à l'AFP qu'il n'y a "pas eu de dysfonctionnement". "L'affaire a été traitée de façon très professionnelle", affirme-t-il, rappelant qu'un médecin est entré en contact avec le patient et a envoyé un médecin de garde sur place.

Il précise également que la permanencière a orienté l'appel sur le régulateur de la médecine libérale" qui a pu "interroger le patient et lui donner des conseils". Ce n'est donc pas le Samu qui a traité les appels, selon le directeur, qui évoque sur France 3 Occitanie "une confusion totale dans cette affaire". L'enquête pour recherche des causes de la mort de Jacques Orget a été confiée à la brigade de recherche de Cahors.

Cette affaire intervient en pleine polémique sur la mort de Naomi Musenga, raillée par une opératrice du Samu de Strasbourg alors qu'elle appelait à l'aide. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a pointé de "graves dysfonctionnements" dans ce dossier qui a entraîné l'ouverture de plusieurs enquêtes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Lot Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793406184
Samu : une enquête préliminaire ouverte à Cahors après le décès d'un septuagénaire
Samu : une enquête préliminaire ouverte à Cahors après le décès d'un septuagénaire
Le parquet de Cahors a ouvert une enquête préliminaire après la mort d'un homme de 70 ans début avril. Sa femme avait contacté le Samu a plusieurs reprises, et l'accuse d'avoir trop tardé à intervenir.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/samu-une-enquete-preliminaire-ouverte-a-cahors-apres-le-deces-d-un-septuagenaire-7793406184
2018-05-16 17:01:32
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Jp789dGKyitqsr7U-VY5_A/330v220-2/online/image/2018/0509/7793320564_des-agents-repondent-a-des-appels-au-samu.jpg