1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Saint-Étienne-du-Rouvray : pour l'ancien maire, "l'attentat aurait pu être évité"
1 min de lecture

Saint-Étienne-du-Rouvray : pour l'ancien maire, "l'attentat aurait pu être évité"

Hubert Wulfranc s'est dit "troublé" à la lecture de l'enquête de Mediapart, qui accuse les renseignements français d'avoir été au courant du projet des terroristes quelques jours avant, et d'avoir ensuite voulu étouffer leur raté.

François Hollande et Hubert Wulfranc, maire de Saint-Étienne-du-Vouvray le 23 juillet 2016
François Hollande et Hubert Wulfranc, maire de Saint-Étienne-du-Vouvray le 23 juillet 2016
L'ex-maire de Saint-Étienne-du-Rouvray estime que l'assassinat du père Hamel aurait pu être évité
00:01:39
La rédaction de RTL & Léa Stassinet

Le Renseignement français dans la tourmente. Dans une enquête publiée par Mediapart le 4 janvier, il est indiqué que les services du Renseignement étaient au courant quelques jours avant l'attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray du projet d'attentat. Pire, l'enquête explique que ces services, se rendant compte de leur erreur, auraient tenté de dissimuler leur bévue en post-datant les documents les mettant en cause. 

La Préfecture de police a rejeté en bloc ces accusations, mais reconnaît cependant que ses services ont bien eu des informations sur Adel Kermiche, l'un des assassins du père Jacques Hamel, égorgé en plein office. 

Des révélations qui ont "troublé" l'ancien maire de la commune, en exercice lors de l'attaque barbare survenue en juillet 2016. "Cet article pose la question de l'erreur tragique dans la communication des informations, mais surtout sur cette possible manipulation de documents qui auraient été post-datés et qui mettent en jeu la confiance vis-à-vis des services de l'État", s'est inquiété Hubert Wulfranc au micro de RTL. 

Il faut une réponse rapide et transparente de l'État

Hubert Wulfranc, ancien maire de Saint-Étienne-du-Rouvray

Selon l'ancien maire communiste, "l'attentat aurait pu être évité", "c'est tout du moins ce que je crois", a-t-il ajouté. Hubert Wulfranc estime qu'il faut "une réponse rapide, transparente et précise de l'État, puisqu'il y a des responsabilités engagées". 

À lire aussi

Pour faire toute la lumière sur cette affaire, le parquet de Paris a ouvert vendredi 5 janvier une enquête, qu'elle a confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Elle porte notamment sur les chefs d'accusations de "faux et usage de faux". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/