2 min de lecture Attentat

Saint-Étienne-du-Rouvray : les services secrets auraient étouffé un raté, selon "Mediapart"

Le site affirme que la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris a "antidaté" des documents pour masquer sa "passivité" face à des signes avant-coureurs, mais la Préfecture de police dément dans un communiqué publié ce vendredi 5 janvier.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Selon Mediapart, la DRPP de Paris a cherché à camoufler sa passivité dans les heures qui ont précédé l'attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray en 2016 Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau Journaliste RTL

À l'été 2016, la France entière est bouleversée par l'assassinat du père Jacques Amel dans son église, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Le religieux est égorgé, sous les yeux de quelques fidèles, par deux tueurs qui se sont connus sur internet. Un an et demi plus tard, Mediapart porte une lourde accusation à l'égard des services secrets français, affirmant que ces derniers ont cherché à étouffer un raté.

Le site d'information relate une scène stupéfiante, le 26 juillet 2016, quelques heures seulement après l'attentat. Celle-ci se passe dans un bureau de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris, l'un des grands services de renseignement français. Penché sur un ordinateur, un officier demande à un agent d'effacer purement et simplement une fiche de renseignement remplie quelques jours plus tôt, et même de l'antidater, pour faire disparaître les traces.

Période de congés à la DRPP

Selon Mediapart, l'agent, spécialisé dans la surveillance d'internet, avait consigné une alerte sur cette note blanche à propos des menaces d'Adel Kermiche, l'un des deux terroristes qui a égorgé le père Hamel. Sur le logiciel Telegram, cinq jours avant l'attentat, le jihadiste avait posté un message audio où il appelait à attaquer les églises. Dans le message, Kermiche évoquait un "carnage possible", en coupant des têtes. "Je vous conseille de taper", poursuit-il en s'adressant à ses abonnés sur les réseaux sociaux. 

À la DRPP, le policier anti-terroriste transmet la note à ses supérieurs hiérarchiques comme le veut la règle mais, toujours selon Mediapart, personne ne la consulte. Plusieurs d'entre eux sont en congés selon le site d'informations. Résultat : l'alerte n'atteindra jamais la DGSI, le service de contre-terrorisme responsable de la zone de Saint-Étienne-du-Rouvray. C'est pour tenter de camoufler cette erreur que la note aurait été effacée. Contactée par RTL ce vendredi 5 janvier au matin, la Préfecture de police de Paris répond n'avoir "aucun commentaire sur des informations issues de sources mal intentionnées".

La Préfecture de police dément toute faute

À lire aussi
Le siège de la DGSI à Levallois en septembre 2017 terrorisme
Brest : ce que l'on sait de l'attentat déjoué par la DGSI

"En aucun cas cette note n’évoque l’imminence d’un passage à l’acte, et encore moins le ciblage d’un lieu précis", affirme la Préfecture de police, qui assure par ailleurs que la note en question "a suivi le circuit habituel de validation". 

L'auteur de l'article, le journaliste Matthieu Suc, voit pour sa part, dans ce communiqué, un aveu de la police : "la Préfecture de police reconnaît aujourd'hui que la DRPP travaillait bien sur la chaîne de Kermiche".

Communiqué de presse de la Préfecture de police
Communiqué de presse de la Préfecture de police
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat Justice Saint-Étienne-du-Rouvray
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants