1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Comment la police aux frontières travaille pour empêcher la traversée de migrants dans la Manche
1 min de lecture

Comment la police aux frontières travaille pour empêcher la traversée de migrants dans la Manche

REPORTAGE - Six jours sur sept, la police aux frontières de Lille survole les 150 km de côtes à la frontière belge. Sa mission : dissuader les départs, détecter les passeurs et mettre en œuvre des opérations de sauvetage.

Un policier de la brigade de la police de l'aviation, qui dépend de la Police aux frontières
Un policier de la brigade de la police de l'aviation, qui dépend de la Police aux frontières
Crédit : Sameer Al-DOUMY / AFP
RTL embarque avec la PAF de Lille, qui surveille la Manche pour empêcher la traversée de migrants
00:05:00
RTL embarque avec la PAF de Lille, qui surveille la Manche pour empêcher la traversée de migrants
00:05:00
Morad Djabari - édité par Sandra Cazenave

Ils seraient 17.000 migrants à avoir traversé la Manche à bord de petits bateaux, depuis le début de l'année, selon les autorités anglaises. Et les traversées, périlleuses, se multiplient cet été. RTL a embarqué dans l'avion de la police aux frontières (PAF) de Lille.

Chaque matin, la mission du brigadier-chef Patrice Vilain est : "la dissuasion, empêcher les départs de migrants et détecter les passeurs avant la mise à l'eau. Une fois en mer, on a l'obligation de signaler les embarcations qui peuvent être en détresse pour lancer des missions de sauvetage, et notamment dans le Chenal de la Manche qui est très fréquenté par les ferrys et les cargos. Notre mission se décompose dans les terres et sur la bande du littoral", détaille-t-il. 

Six jours sur sept, deux fois par jour, la police aux frontières survole les 150 km de côtes à la frontière belge jusqu'en Baie de Somme. Plusieurs spots sont connus : "on apporte une attention particulière à ces points-là", assure le brigadier-chef qui rappelle qu'il y a des départs d'embarcations à toute heure de la nuit et du jour.

Il survole également les camps de migrants pour faire "de la dissuasion, de la prévention. On fait des photos générales du campement pour organiser des opérations de mise à l'abri. Mais (la présence de l'avion), je ne suis pas certain que ça les dissuade de partir." La police survole aussi les axes routiers pour détecter des passeurs, des personnes en attente et identifier leurs véhicules suspects. 

À écouter aussi

Début juillet, un réseau de passeurs a été démantelé. Il aurait fait traverser près de 15.000 migrants (à 3.000 euros la traversée). Face à ce trafic très lucratif, le combat de la police est sans fin

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/