1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès des attentats de 2015 : la défense dénonce l'absence de preuves
1 min de lecture

Procès des attentats de 2015 : la défense dénonce l'absence de preuves

Au dernier jour du procès des attentats de 2015, les avocats de la défense dénoncent un dossier vide de preuve.

Le procès des attentats de janvier 2015 se tient au palais de justice de Paris (illustration)
Le procès des attentats de janvier 2015 se tient au palais de justice de Paris (illustration)
Crédit : Benoit PEYRUCQ / AFP
Procès des attentats de 2015 : la défense dénonce l'absence de preuves
01:25
Cindy Hubert - édité par William Vuillez

Ce lundi 14 décembre marque le dernier jour du procès fleuve des attentats de janvier 2015, trois mois et demi après son ouverture et ses suspensions multiples. Place aux ultimes plaidoiries de la défense avant les derniers mots des accusés. Vu la sévérité des réquisitions du parquet, avec des peines allant de cinq ans à la perpétuité, la défense plaide avec fougue pour dénoncer un dossier vide de preuve.

Ce réquisitoire les a galvanisés, on sent de la rage dans leur voix. Les avocats étrillent une accusation qui veut combler le vide : "Les terroristes sont morts, alors il faut des têtes, il faut des noms". Et c’est vrai qu’après trois mois d’audience, la justice n’est pas capable de dire avec précision qui a livré les armes au tueur de l’Hyper Cacher Amedy Coulibaly

"Alors le parquet a fabriqué une histoire", fulmine une avocate. "Mais l’accusation ce n’est pas un exercice de broderie. On vous demande de forcer les pièces du puzzle quand même les policiers à la barre vous ont dit que cela restait des hypothèses", ajoute t-elle. 

"Gardez la tête froide", demande la défense

Dans ce dossier qui manque cruellement de preuve, ce qui se joue ici en réalité, c’est la définition même du terrorisme, la définition juridique pour les condamnés. Est-ce qu’il faut que les accusés aient eu une connaissance précise des projets d’attentat, ou bien est-ce que deviner les penchants jihadistes d'Amedy Coulibaly suffit. 

À lire aussi

Dans quelques heures, la cour va se retirer dans la salle des délibérés. "Gardez la tête froide, soyez courageux. Vous n’êtes pas là pour écrire l’Histoire, mais simplement pour juger des hommes", supplie la défense. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/