1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès de la "sextape" de Valbuena : que risque Benzema ? Que lui est-il reproché ?
3 min de lecture

Procès de la "sextape" de Valbuena : que risque Benzema ? Que lui est-il reproché ?

ÉCLAIRAGE - Le procès de l'affaire de tentative de chantage avec une vidéo intime contre Mathieu Valbuena s'ouvre mercredi 20 octobre pour trois jours à Versailles. L'attaquant des Bleus et du Real Madrid Karim Benzema y comparaît en tant que complice présumé.

Karim Benzema (capuche blanche) au tribunal correctionnel de Versailles le 5 novembre 2015
Karim Benzema (capuche blanche) au tribunal correctionnel de Versailles le 5 novembre 2015
Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Gregory Fortune & AFP

Le calendrier juridique est ainsi fait. De retour en grâce en équipe de France, candidat plus que jamais crédible au Ballon d'Or, Karim Benzema se retrouve face à la justice à partir de mercredi 20 octobre. L'attaquant du Real Madrid, 33 ans, est jugé pendant trois jours au tribunal correctionnel de Versailles avec quatre autres prévenus pour leur participation dans "l'affaire de la sextape", dont la victime est Mathieu Valbuena. 

Sera-t-il présent à l'audience au lendemain d'un match de Ligue des champions en Ukraine face au Shakhtar Donetsk ? Valbuena (37 ans), qui porte les couleurs de l'Olympiakos Le Pirée (Grèce), sera lui bien présent au procès, selon son avocat. Pendant l'instruction, la défense de Benzema avait réclamé une confrontation entre les deux protagonistes, demande rejetée par la juge d'instruction. 

Dans cette affaire, tout commence avec Axel Angot et Mustapha Zouaoui, deux hommes gravitant dans le milieu du football et considérés par les enquêteurs comme les instigateurs de l'entreprise de chantage. Le premier, qui s'occupe du matériel informatique de plusieurs joueurs, tombe sur une vidéo intime de Mathieu Valbuena quand ce dernier lui confie son téléphone pour transférer des données

"Complicité de tentative de chantage"

Angot la conserve et en parle à Zouaoui, connu à Marseille pour fournir les footballeurs en accessoires de luxe. Les deux hommes voient l'occasion d'en tirer profit. Ils joignent une connaissance qui a des contacts dans le milieu du football, Younes Houass. Ce dernier appelle Valbuena le 3 juin 2015, en plein rassemblement de l'équipe de France, pour parler de la vidéo mais sans demander de contrepartie financière

À écouter aussi

Après l'appel de Houass, Valbuena comprend d'où vient la vidéo et décide d'alerter la police, qui missionne aussitôt un agent pour jouer l'intermédiaire. C'est le fameux "Lukas", dont le rôle est pointé du doigt par les avocats de la défense. Parallèlement, grâce aux écoutes téléphoniques, les enquêteurs interceptent une conversation entre Zouaoui et un interlocuteur anonyme qui promet d'envoyer un émissaire pour discuter avec Valbuena. 

Les policiers préviennent alors le joueur qu'un complice des malfaiteurs présumés va entrer en contact avec lui. Valbuena ne sait pas à ce moment-là que l'interlocuteur anonyme de Zouaoui est Karim Zenati, un ami d'enfance de Benzema. Le 4 novembre 2015, ce dernier est placé en garde à vue à Versailles puis mis en examen le lendemain pour "complicité de tentative de chantage" et "participation à une association de malfaiteurs", un second chef d'accusation qui sera finalement abandonné. 

Benzema plaide le conseil amical

Dans cette affaire, tout est question d'interprétation. Benzema plaide le conseil amical à Valbuena tandis que ce dernier y voit de la pression délictuelle. Le 6 octobre 2015 au soir, Benzema va voir Valbuena dans sa chambre lors d'un rassemblement de l'équipe de France à Clairefontaine. Il explique à son coéquipier pouvoir lui "présenter quelqu'un de confiance" pour l'aider "à gérer" la possible publication d'une vidéo compromettante. 

"Attention Math, c'est des gros, gros voyous", prévient le joueur madrilène. Une manière "d'aider" son coéquipier, expliquera-t-il par la suite, alors que Valbuena confessera, lui, avoir eu "l'impression de se faire prendre pour un con". Après cette conservation, Benzema appelle Zenati et lui explique : "il nous prend pas au sérieux". Un "nous" qui, selon l'accusation, montre que Benzema "s'inclut" dans l'entreprise de chantage. 

Jusqu'à cinq ans de prison et 70.000 euros d'amende

Au téléphone, les deux hommes, placés sur écoute, se moquent de Valbuena, Benzema prédisant qu'il va "se faire jeter des tomates" si la vidéo est publiée. "Nous on est là pour l'arranger, s'il veut pas, il se démerde avec les piranhas", lâche Zenati, qui expliquera devant les enquêteurs seulement avoir voulu prévenir Valbuena de l'existence de cette vidéo. 

"Ils vont lui pisser dessus", répond Benzema qui, dans une autre conversation avec son ami qualifiera son coéquipier de "tarlouze". Un qualificatif "amical", expliquera-t-il par la suite. La peine maximale théorique encourue par Benzema pour "complicité de tentative de chantage", est de cinq ans d'emprisonnement et 70.000 euros d'amende. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/