1 min de lecture Faits divers

Pas-de-Calais : un garçon de 5 ans retrouvé mort, suspicion de violences

Le corps du jeune garçon, qui portait des traces de violences, a été retrouvé la nuit dernière au bord d'un canal à Aire-sur-la-Lys.

Des gendarmes au bord d'un étang (illustration)
Des gendarmes au bord d'un étang (illustration)
François Quivoron
François Quivoron
et AFP

Le décès d'un jeune garçon de cinq ans a secoué la ville d'Aire-sur-la-Lys, dans le Pas-de-Calais. Son corps, qui portait des traces de violences, a été retrouvé dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 février. Les conditions suspectes de sa mort ont entraîné l'arrestation et le placement en garde à vue de sa mère et de son beau-père, qui avaient alerté les pompiers dans la nuit, avant l'intervention de la gendarmerie. 

"Un enfant de cinq ans est décédé dans des conditions suspectes quant aux explications qui ont été données, avec un motif médical non établi à cette heure, a indiqué Patrick Leleu, procureur de la République de Saint-Omer. Les conditions suspectes de ce décès nous ont amenés à faire placer les parents en garde à vue, en tout début de matinée, sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner."

Selon Jean-Claude Dissaux, le maire de la ville, le beau-père serait suspecté de violence. "Ce qui est certain, c'est que le beau-père a violemment frappé l'enfant, qui porte des traces de coups au visage", a-t-il déclaré. Les gendarmes, eux, n'écartent aucune hypothèse. "L'enquête doit déterminer si l'enfant est mort de froid, si c'est la conséquence d'une chute, un cas de maltraitance...", ont-ils précisé.

L'enfant a été retrouvé à proximité d'un canal, à environ 200 mètres d'un cabanon situé à l'écart du centre-ville qui appartient à ce couple âgé d'une trentaine d'années, sans profession et qui n'était pas connu des services de police. C'est dans ce cabanon qu'habitait le beau-père, selon le maire d'Aire-sur-la-Lys. La mère vit dans le centre-ville de cette commune d'environ 10.000 habitants. "Ils n'étaient pas connus des services sociaux de la commune, et nous sommes en train de vérifier ce qu'il en est du côté des services du département", a-t-il indiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Pas-de-calais Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants