1 min de lecture Strasbourg

Nouvel An à Strasbourg : davantage de voitures incendiées qu'en 2018

Jets de feux d'artifices, incendies de voitures et de poubelles... La nuit a été agitée pour les forces de l'ordre et pompiers à Strasbourg cette nuit du 31 décembre 2019.

Des forces de l'ordre sur le pont de l'Europe à Strasbourg le 12 décembre 2018.
Des forces de l'ordre sur le pont de l'Europe à Strasbourg le 12 décembre 2018. Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

Les forces de l'ordre strasbourgeoises ont eu une nuit très agitée mardi 31 décembre. Entre jets de feux d'artifice dans les rues, voitures et poubelles incendiées, la ville alsacienne a connu beaucoup plus d'incidents que l'année précédente.

"La nuit a été très chargée", a déclaré une source policière, faisant état de "plusieurs fonctionnaires blessés" tout en soulignant que ces blessures n'avaient pas de caractère de gravité. Dans cette ville où les passages à la nouvelle année sont généralement tendus dans les quartiers populaires, le nombre de personnes interpellées et de voitures incendiées a été plus important qu'en 2018. La police n'a pas souhaité préciser le nombre de véhicules incendiés.

Des violences urbaines s'étaient déjà produites dans plusieurs quartiers de Strasbourg le week-end dernier puis dans la nuit de lundi à mardi. Des voitures et des poubelles avaient été incendiées. Pompiers et policiers avaient été visés par des tirs d'artifices.

"On a assisté à une montée des incendies de véhicules depuis Halloween et depuis deux week-ends le phénomène s'est accéléré, avec également l'usage de mortiers, des engins qui peuvent blesser très grièvement des policiers ou des pompiers", avait souligné mardi soir la directrice départementale de la sécurité publique du Bas-Rhin, Annie Brégal.

À lire aussi
Les touristes désertent les restaurants français. économie
Les infos de 5h - Réouverture des restaurants : "C'est un plan de sauvetage", estime l'UMIH du Bas-Rhin

Cette dernière a également fait état de "groupuscules d'individus souvent cagoulés", composés de mineurs ou jeunes majeurs. Le maire de Strasbourg, Roland Ries, avait quant à lui lancé lundi un appel "au calme et au respect d'autrui" sur les réseaux sociaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Strasbourg Violences Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants