1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Nîmes : une fusillade éclate dans un quartier quelques heures après la visite de Jean Castex
1 min de lecture

Nîmes : une fusillade éclate dans un quartier quelques heures après la visite de Jean Castex

Une fusillade a fait un blessé grave dans le quartier de Pissevin à Nîmes, dimanche 28 mars. La veille, le Premier ministre s'était rendu sur place pour évoquer notamment les problèmes de sécurité et de trafic de drogues.

Le Premier ministre Jean Castex pose avec des habitants alors qu'il visite le quartier de Pissevin à Nîmes, le 27 mars 2021.
Le Premier ministre Jean Castex pose avec des habitants alors qu'il visite le quartier de Pissevin à Nîmes, le 27 mars 2021.
Crédit : Sylvain THOMAS / AFP
Florise Vaubien

Au lendemain d'une visite gouvernementale, le quartier de Pissevin à Nîmes a été secoué par une fusillade, dimanche 28 mars. Un homme de 28 ans a été grièvement blessé : il se trouvait à bord d'un véhicule lorsque plusieurs coups de feu ont été tirés, explique le journal 20minutes. 

La fusillade a éclaté dimanche matin très tôt, vers 6 heures, dans ce quartier qui compte près de 16.000 habitants. La victime a été touchée par plusieurs tirs : le jeune homme a été transporté au CHU et son pronostic vital n'est plus engagé. D'après nos confrères, l'individu "est défavorablement connu des services de police".

Jean Castex avait visité la veille ce quartier nîmois pour aborder plusieurs problématiques sociales, explique CNEWS. Accompagné des ministres délégués à la ville, au logement et à la citoyenneté, il avait ainsi évoqué des aides possibles pour la réhabilitation des copropriétés, "très fortement dégradées" à Pissevin. 

L'avenir des quartiers, ce n'est pas le trafic, la drogue, la violence

Le Premier ministre Jean Castex en visite à Nîmes, samedi 27 mars 2021.

"L'avenir des quartiers, ce n'est pas le trafic, la drogue, la violence. La République sera intransigeante avec cela. On a peut-être trop longtemps laissé ces sujets à l'abandon et certains ont profité de ce recul pour véhiculer des valeurs séparatistes", avait-il déclaré. 

À lire aussi

Le Premier ministre avait ainsi souligné les nombreux problèmes de sécurité, d'urbanisation et d'éducation affectant la population, mais aussi les enjeux liés au trafic de drogues, particulièrement actif dans cette partie de la ville. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/