1 min de lecture Jihadisme

Ne pas rapatrier les jihadistes "fait courir un risque de sécurité" en France

Selon le coordonnateur du pôle antiterroriste au tribunal de Paris, le rapatriement des jihadistes français permettrait d'empêcher à de nouveaux groupes terroristes de se former.

Les membres d'un groupe jihadiste, en Syrie, près d'Alep, le 19 juillet 2012.
Les membres d'un groupe jihadiste, en Syrie, près d'Alep, le 19 juillet 2012. Crédit : AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

Ne pas rapatrier les jihadistes français retenus en Syrie "fait courir un risque de sécurité publique" en France, a mis en garde le juge d'instruction David De Pas, coordonnateur du pôle antiterroriste au tribunal de Paris, dans un entretien à l'AFP.

"L'instabilité géopolitique de la région et la porosité de ce qu'il reste des camps kurdes laissent redouter deux choses : d'une part des migrations incontrôlées des jihadistes vers l'Europe avec le risque d'attentats par des personnes très idéologisées, et d'autre part la reconstitution de groupes terroristes combattants particulièrement aguerris et déterminés dans la région", a-t-il expliqué, dans une prise de parole inédite. 

Pour le moment, les autorités françaises se refusent à ces rapatriements. Le gouvernement explique vouloir évaluer les situations des jihadistes français et de leurs familles au "cas par cas".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadisme Jihadistes Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants