1 min de lecture Violences conjugales

Nancy: un homme condamné à 24 ans de prison pour avoir poignardé sa femme

Un homme de 42 ans a été condamné à 24 ans de prison ce mercredi 6 novembre par la Cour d'appel de Nancy pour avoir poignardé sa femme, au cours d'une dispute, sur fond de jalousie.

Le symbole de la justice (illustration)
Le symbole de la justice (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Alors qu'il avait été condamné à 25 ans de prison par la cour d'assises de Moselle fin 2018, pour avoir poignardé sa femme à deux reprises, Mustafa Iyibas, un homme de 42 ans, a écopé de 24 ans de réclusion criminelle en appel à Nancy ce mercredi 6 novembre.

Dans la nuit du 22 août 2015, il avait poignardé au niveau du ventre sa femme Nicole Lyibas, âgée de 33 ans, alors qu'elle s'enfuyait de l'appartement familial, situé à Freyming-Merlebach. Après une dispute sur fond de jalousie, elle avait quitté le domicile en appelant à l'aide car elle se sentait menacée.

Leur fils de 10 ans avait raconté avoir retiré de l'abdomen de sa mère la lame du couteau qui s'était brisée, en attendant l'arrivée des secours. La victime, mère d'une adolescente née d'une première union, avait eu avec l'accusé trois enfants, âgés de 3 à 10 ans au moment des faits.

L'homme était aussi violent avec ses enfants

Quelques jours auparavant, de retour de Turquie, Mustafa Iyibas avait appris que sa femme souhaitait divorcer. Il la soupçonnait d'avoir une relation sentimentale avec le fils de leurs voisins, chez qui le couple avait passé la soirée, avait-il raconté en première instance. Il était rentré au domicile familial avec l'intention de se suicider, puis avait saisi un couteau lors d'une altercation avec sa femme, avait-il expliqué, exprimant des regrets.

À lire aussi
Une voiture de gendarmerie (illustration) Violences conjugales
Les infos de 18h - Ce que l'on sait du féminicide à la Plaine-sur-Mer

Nicole Iyibas avait déposé deux mains courantes en 2009 pour des violences conjugales. Des voisins avaient raconté que les enfants du couple étaient parfois venus les chercher parce que "papa tapait maman". L'accusé était aussi violent avec ses enfants, selon son entourage, et dépensait l'argent du couple pour satisfaire son addiction au jeu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Crime passionnel Nancy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants