1 min de lecture Prisons

Nancy : des Black Blocs soupçonnés d'avoir attaqué une prison

Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville a été tagué et des coups de marteau ont été portés contre la porte d'entrée pare-balle en verre, à la veille d'une manifestation importante contre le nucléaire.

Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville (illustration)
Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville (illustration) Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Nicolas Scheffer
et AFP

La façade du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville a été taguée par huit personnes, vendredi 28 septembre. Des coups de marteau ont également été portés contre la porte principale alors que se tient une grande manifestation contre le nucléaire à Nancy ce samedi.

L'attaque s'est déroulée vers 21 heures quand ces personnes, "cagoulées et gantées" ont essayé de s'introduire dans l'établissement, porté des coups de marteau et tagué la façade d'un "prison en feu" et d'un injurieux "ACAB" pour "All cops are bastards" ("tous les flics sont des salauds", NDLR). Les assaillants ont rapidement pris la fuite

Jean-Claude Roussy, du syndicat Ufap-Unsa Justice, compte pas moins d'une dizaine d'impacts sur la vitre pare-balle de la porte d'entrée principale, qui n'a pas été brisée. Sur le parking, des pneus ont été brûlés et des fumigènes ont été utilisés, d'après lui.

1.500 manifestants attendus à Nancy

"Les collègues sont inquiets de voir un établissement assailli. C'est un signe fort de s'attaquer à l'institution", estime le syndicaliste. "Ce sont des personnes qui osent tout", déplore-t-il en soulignant que des caméras sont installées devant la prison.

À lire aussi
Richard Huckle, le "pire des pédophiles" faits divers
Grande-Bretagne : le "pire des pédophiles" poignardé à mort en prison

"Le mode opératoire nous oriente vers des profils de Black Blocs", souligne Marie Cornet, directrice de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle. "On ne peut évidemment pas en être sûr, mais cela y ressemble fortement", ajoute-t-elle.

Un important dispositif policier doit être déployé samedi 28 septembre à l'occasion de la manifestation contre le projet d'enfouissement des déchets radioactifs à Bure dans la Meuse prévue à 14 heures. 500 membres des forces de l'ordre doivent encadrer 1.500 manifestants

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prisons Nancy Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants