1 min de lecture Faits divers

Mort de Naomi Musenga : "On s'est moqué de nous", déplorent les parents

Les parents et la sœur de Naomi Musenga, cette Strasbourgeoise décédée le 29 décembre dernier après avoir appelé le Samu, attendent dorénavant des réponses à leurs questions.

Les parents et la sœur de Naomi Musenga, décédée en décembre dernier à Strasbourg
Les parents et la sœur de Naomi Musenga, décédée en décembre dernier à Strasbourg Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

"Que justice soit faite, c'est cela notre première préoccupation pour cette enfant qui était aimée de tous". Plus de quatre mois après le décès de leur fille, décédée le 29 décembre dernier après avoir appelé le Samu, les parents de la jeune Strasbourgeoise, accompagnés de leur seconde fille Louange, ont donné une conférence de presse.

Si Polycarpe et Bablyne Musenga se réjouissent de l'emballement médiatique autour de cette affaire, les questions demeurent encore à l'heure actuelle. "Nous vous remercions sincèrement. C'est comme si c'était des mains tendues. Ça nous a aidés de savoir que nous n'étions pas seul. C'était comme une oreille à notre douleur", a expliqué la mère de famille.

Si une enquête préliminaire a été ouverte, cette famille espère dorénavant obtenir des réponses. Qu'est-ce qui a tué Naomi ? Pourquoi son appel n'a pas abouti ? Si elle avait été prise en charge rapidement, une vie aurait-elle pu être sauvée ? Pourquoi l'autopsie n'a pas été faite à temps ? Autant de questions répétées tout au long de la conférence de presse par Polycarpe, Bablyne et Louange alors que l'autopsie a été réalisée 112 heures après le décès de la jeune femme.

C'est un manque d'humanité total

Polycarpe Musenga
Partager la citation

Refusant de cibler l’opératrice du Samu qui avait pris l’appel de leur fille en bouc émissaire, les parents de Naomi ont également critiqué l'attitude des autorités. "On avait l'impression qu'on se moquait de nous, comme on s'est moqué de ma fille", a expliqué le père, assurant s'être fait "balader" par les institutions sur les circonstances du drame.  

À lire aussi
Kate McCann et l'avis de disparition de sa fille Maddie à Lisbonne, le 10 février 2010. faits divers
Affaire Maddie McCann : l'enquête se recentre sur un prisonnier allemand

Dès lors, le combat continue pour cette famille, qui regrette n'avoir eu aucun "accompagnement", aucun "suivi" malgré la tragédie vécu par la famille. "C'est un manque d'humanité total", déplore Polycarpe Musenga.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Strasbourg Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants