1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mireille Knoll, la survivante assassinée
4 min de lecture

Mireille Knoll, la survivante assassinée

SÉRIE NOIRE (8/9) - Cet été, "RTL.fr" revient sur les drames qui ont marqué l'actualité cette année. Parmi eux, le meurtre de cette octogénaire survivante de la Shoah, retrouvée lardée de coups de couteaux et en partie brûlée dans son appartement.

Mireille Knoll, 85 ans, a été tuée de onze coups de couteaux, retrouvée le 23 mars 2018
Mireille Knoll, 85 ans, a été tuée de onze coups de couteaux, retrouvée le 23 mars 2018
Crédit : Laetitia PERON / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze

Un an après Sarah Hamili, c'est un autre nom qui vient remettre l'antisémitisme au cœur des préoccupations. Mireille Knoll est retrouvée, le 23 mars 2018, dans son appartement parisien du XIe arrondissement carbonisé. Les lieux ont été incendiés par deux endroits différents. Et le corps de la dame de 85 ans est découvert à moitié carbonisé, avec 19 coups de couteaux. 

Mireille Knoll, née en 1932 à Paris, a réussi dans son enfance a échappé de justesse à la rafle antisémite du Vél d'Hiv' de juillet 1942, en s'enfuyant de Paris avec sa mère, a raconté son fils. Elle sera tuée dans les dernières années de sa vie, atteinte de la maladie de Parkinson. Mais le motif de ce meurtre n'est toujours pas révélé. 

La confession juive de la victime met les enquêteurs sur la piste d'un acte antisémite. Le parquet retient d'ailleurs le caractère aggravant de l'acte antisémite lors de l'ouverture de l'information judiciaire pour assassinat, le 26 mars.

Le meurtre prend une tournure politique

Emmanuel Macron avance lui-même que Mireille Knoll a été "assassinée parce qu'elle était juive". Le fait divers se transforme rapidement en affaire publique. Les politiques de tout bord récupèrent le meurtre à des fins idéologiques. Ainsi, lors de la marche blanche organisée à Paris en mémoire de la victime par le Crif, deux responsables sont exfiltrés de la manifestation. Il s'agit de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon

À écouter aussi

De nombreuses personnalités politiques ont réussi à se faire une place. Anne Hidalgo, Laurent Wauquiez, Christophe Castaner, Valérie Pécresse, Gérard Larcher, Florian Philippot étaient notamment présents place de la Nation alors que de nombreux membres du gouvernement ont fait le déplacement pour cette marche blanche.

Les suspects se renvoient la balle

Le lendemain de la découverte du corps, un homme est placé en garde à vue. Puis un deuxième. Les deux individus sont mis en examen pour homicide volontaire en raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion, le 27 mars. Il s'agit d'un voisin de la victime, Yacine Mihoub, 28 ans, et Alex Carrimbacus, un marginal de 21 ans connu pour vols. Ils se sont rencontrés en prison.

Plusieurs mois après, les deux suspects s'accusent toujours mutuellement du crime. Le second accuse le premier d'avoir crié "Allahou Ahkbar" au moment du meurtre. La justice ne considère toutefois pas qu'il s'agit pas ici de terrorisme. Le scénario retenu par les enquêteurs est celui d'un cambriolage qui a mal tourné.

Mireille Knoll a-t-elle été tuée parce que juive? "Je ne pense pas", répond alors Alex Carrimbacus aux juges le 13 avril, nuançant ainsi sa précédente version où il affirmait que son complice présumé "avait reproché aux juifs d'avoir les moyens financiers" lors d'une conversation avec la victime. Il maintient en revanche que Yacine a égorgé la vieille dame aux cris d'"Allahou Ahkbar". 

Une version rejetée en bloc par le second suspect. "Tout ce que dit Carrimbacus est faux", balaye-t-il. Une expertise psychiatrique et médico-psychologique est en cours afin de déterminer le profil de Yacine Mihoub, déjà accusé de plusieurs violences par le passé. 

Le profil instable d'un des suspects, Yacine

En 2010, il est notamment soupçonné d'agression sur deux femmes dans un salon de massage asiatique. À l'époque, des experts qui se sont penchés sur lui, concluent qu'il présente une personnalité "de type narcisso-névrotique", avec "conduites transgressives facilitées par des excès alcooliques", sans toutefois relever de pathologie mentale majeure. 

Il sera par la suite condamné en 2017 à une peine de prison pour agression sexuelle sur la fille de l'aide à domicile de Mireille Knoll, âgée de 12 ans. L'octogénaire entendue par la police prend sa défense, évoquant un "brave garçon". 

Une fois libéré en septembre 2017, il prétend à la conseillère de réinsertion sociale être "fiché S" (pour Sûreté de l'Etat), or cela s'avère être faux. Le jeune homme qui se vante également de faire du "trafic d'armes", est aussi connu des services antiterroristes pour des menaces d'attentats à la bombe lancées contre un restaurant en 2010 et contre un établissement scolaire qu'il a fréquenté, en 2011.

Une mère au rôle trouble

Quand Yacine boit, "il lui arrive de se couper ses veines et ses bras (...) Il va dans une cabine téléphonique et dit 'alerte à la bombe'", raconte aux juges sa mère le 8 juin, le décrivant aussi comme menteur. Cette dernière est mise en examen, soupçonnée d'avoir nettoyé l'éventuelle arme du crime retrouvée chez elle.  

Placé dans l'enfance, Yacine Mihoub entretient des rapports houleux avec sa mère. Dans le passé, il lui a reproché sa passivité quand il lui a appris avoir été victime à l'âge de 12 ans d'un "viol en réunion" à l'internat, selon une autre source proche du dossier. L'avocat du suspect a demandé que la procédure concernant ces faits soit versée au dossier. 

Les deux hommes n'ont pas encore été confrontés et les juges d'instruction attendent une expertise ADN sur deux couteaux.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/