2 min de lecture Justice

Marc Veyrat perd son procès contre le guide Michelin après la perte de sa 3e étoile

Le chef Marc Veyrat, qui avait saisi la justice pour savoir pourquoi le Guide Michelin avait privé l'un de ses restaurants de sa troisième étoile, a été débouté ce mardi 31 décembre par le tribunal. Il a décidé de faire appel.

>
"La guerre n'est pas finie. C'est une injustice totale", réagit Marc Veyrat sur RTL Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : Jacques Serais / RTL | Durée : | Date :
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

"La guerre n'est pas finie. C'est une injustice totale", a réagi sur RTL Marc Veyrat. Déchu de sa troisième étoile, le chef de la Maison des Bois à Manigod (Haute-Savoie) avait saisi la justice pour connaître les raisons de cette rétrograde. Marc Veyrat a finalement été débouté par le tribunal ce mardi 31 décembre. Il compte faire appel. 

Le chef et sa société SCS Marc Veyrat "ne produisent aucune pièce relative à l'existence d'un dommage et à la réalité de leur préjudice", a souligné le tribunal de grande instance de Nanterre dans sa décision en référé. 

Un an après l'avoir obtenue, la troisième étoile de la Maison des Bois lui a été retirée. Le cuisinier considérait que le guide rouge avait fait "une erreur" et demandait un euro symbolique de réparation. Marc Veyrat s'était également dit "en dépression" après la perte de cette 3e étoile. 

Les pièces produites par Veyrat jugées insuffisantes

"On ne vient pas interdire la critique, on veut vérifier que des critères existent et qu'ils ont été appliqués en l'espèce", avait expliqué à l'audience l'avocat du cuisinier, Emmanuel Ravanas. 

À lire aussi
Christian Quesada sur le plateau des "12 coups de midi" procès
Affaire Christian Quesada : le procès aura lieu à partir du 8 avril, en visioconférence

Le tribunal a cependant estimé que les pièces produites par Marc Veyrat étaient "insuffisantes à démontrer l'existence d'un motif légitime de nature à justifier qu'il soit porté une atteinte disproportionnée à l'indépendance d'évaluation constitutive de la liberté d'expression des inspecteurs du guide". Et de rappeler que cette liberté était "garantie" par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. 

"J'irai jusqu'au bout"

Joint par RTL, Marc Veyrat a déclaré "s'y attendre", même s'il aurait aimé que le Michelin avoue avoir fait une erreur. Le chef a décidé de faire appel de la décision de justice et a réitéré sa volonté de ne plus apparaître du Guide rouge. "J'irai jusqu'au bout", a-t-il affirmé, "je vais pas me laisser faire". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Restauration Michelin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants